L'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) prévoit un déficit de 15,9 millions de dollars pour l'exercice financier 2016-2017. Une baisse anticipée du nombre d'étudiants et la hausse de la masse salariale expliquent en partie cet important manque à gagner.

Le recteur de l'Université Daniel McMahon ajoute que les compressions du gouvernement du Québec dans le réseau de l'éducation (environ 12 millions de dollars en 2015-2016 pour l'UQTR) sont aussi à blâmer.

Le recteur affirme qu'il faudra « revoir le modèle organisationnel ». Certaines mesures de redressement seront mises en place.

  • Remplacer un poste vacant sur deux
  • Améliorer l'« efficience des opérations »

Pour la première fois en une décennie, l'Université anticipe une baisse de clientèle. Ces 10 dernières années, elle a connu une hausse constante du nombre d'étudiants, mais pour 2016-2017, elle prévoit plutôt une baisse de 1 %.

La direction a entamé des discussions avec les syndicats pour trouver des mesures temporaires de réductions des dépenses, mais affirme d'ores et déjà que certaines clauses des conventions collectives de travail devront être revues quand elles viendront à échéance.

L'Université juge que la masse salariale occupe une trop grosse part du budget. Cela représente 88,5 % des dépenses, alors que l'UQTR souhaiterait que ce soit entre 75 % et 80 %.

Le budget de fonctionnement a été adopté lundi soir par les membres du conseil d'administration de l'UQTR.

Le recteur Daniel McMahon affirme que cette assemblée fut « l'une des plus longues et difficiles de son histoire ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine