Retour

Incursion au coeur du Chaulk Determination, échoué au Port de Trois-Rivières

Le 26 décembre 2014, le Chaulk Determination a fait naufrage au port de Trois-Rivières dans le fleuve Saint-Laurent. La gestion de l'épave et des hydrocarbures qui s'en échappaient a ensuite duré des mois et a coûté de millions de dollars. Le bateau est maintenant en train d'être démantelé. Notre équipe a pu monter à bord... de ce qu'il en reste.

Le remorqueur Chaulk Determination, qui a été renfloué en février, sera remorqué vers Matane. L'intérieur doit préalablement être démoli. 

La cabine de pilotage a été lourdement atteinte par le déversement d'huile et d'hydrocarbures. Non seulement c'est là où l'odeur fétide est la plus marquée, mais tous les outils de contrôle ont été souillés.

L'équipe de Construction et Démolition GB a presque terminé de récupérer les matériaux des chambres des matelots. La laine souillée a été retirée des murs, les plafonds ont été arrachés, il ne reste que les tuyaux à démanteler.

La salle de bain commune des membres de l'équipage a été retrouvée dans cet état lorsque l'équipe de démolition a pris possession des lieux.

La salle des moteurs, souillée par l'huile et la graisse, n'a pas encore été démolie. L'équipe de démolition devra laver les murs à la machine à pression. Par la suite, une compagnie spécialisée va récupérer l'eau.

Un cafouillis de matériaux jonche le sol et les établis de la salle des moteurs. On retrouve des fils et des tuyaux partout. Certains pendent du plafond, d'autres traînent au sol. Le tout sera récupéré et recyclé, si ce n'est pas revendu.

Le déversement d'huile a fait des ravages dans le navire, recouvrant toutes les surfaces d'une salissante couche de graisse.

Notre guide de visite, et surtout le maître d'oeuvre du chantier de démolition, Guy Boisvert, a encore du pain sur la planche au cours des prochaines semaines. Lui et son équipe doivent composer avec une chaleur et une puanteur saisissantes.

Les vestiges de la cuisine avec un réfrigérateur renversé, des lavabos arrachés et de la laine murale souillée. Le tout sera retiré du navire au cours des prochains jours.

Une ambiance de film d'horreur régnait dans certaines parties sombres du navire, qui a subi les contrecoups d'avoir passé plusieurs mois sous l'eau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine