Retour

Inondations : des riverains partagent leurs inquiétudes lors d'une consultation publique à Trois-Rivières

Une vingtaine de citoyens ont partagé leurs inquiétudes lundi soir quant au projet de décret annoncé par Québec qui interdit la reconstruction de résidences déclarées pertes totales et situées dans les zones de grand courant.

Un texte de Camille Carpentier

Les citoyens qui ont pris la parole, majoritairement résidents de Trois-Rivières, ont dit ne pas avoir été gravement touchées par les inondations de ce printemps. Toutefois, la plupart ont mentionné demeurer dans la zone de grand courant, appelée 0-20 ans.

« J’ai l’impression que la problématique tourne autour de l’établissement de cette zone-là », lance un des citoyens, qui demeure en bordure du fleuve Saint-Laurent.

Certains voudraient que ces cotes soient révisées, puisqu’ils considèrent que la cartographie manque de précision.

« Est-ce que le gouvernement pourrait considérer la récurrence?, demande Nicole Morin, une résidente de Pointe-du-Lac qui assure ne pas avoir été inondée une seule fois en 40 ans. On pourrait penser à ça avant de ruiner des vies. »

Québec prévoit que le décret ne s’applique que 18 mois après son adoption, mais certains étaient inquiets que de nouvelles inondations surviennent l’année prochaine.

La rencontre d’information se tenait en présence de représentants des ministères de l’Environnement, de la Sécurité publique et des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire. Ceux-ci ont assuré aux citoyens présents que les préoccupations énoncées lors de cette rencontre seront prises en considération dans le processus d'adoption du projet de décret.

La question de l'indemnisation des sinistrés a également occupé une bonne partie des discussions. Le programme d'aide financière établi par Québec prévoit qu'un maximum de 200 000 dollars pourrait être accordée aux sinistrés qui en font la demande.

Un total de 17 consultations publiques avaient lieu lundi soir dans les régions touchées par les inondations dans la province.

Peu de pertes totales

Il est toutefois difficile de savoir dès maintenant si des sinistrés de la région devront abandonner leur demeure en vertu de ce décret.

La direction régionale du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire estime que peu de résidences ont subi des dommages s’élevant à plus de 50 % de leur valeur foncière.

En juin dernier, les maires de Yamachiche, Louiseville et de Maskinongé confirmaient qu’il n’y avait aucune perte totale dans les secteurs de leurs municipalités touchés par les inondations.

Lundi, les inspecteurs mandatés par le gouvernement avaient accompli la majorité des visites d’inspections dans la région en vertu du programme provincial d’indemnisation des sinistrés. Un total de 124 inspections ont été mandatées en Mauricie et 40 au Centre-du-Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine