Retour

Inondations : les municipalités demeurent vigilantes en Outaouais

Les municipalités de la région de la capitale nationale surveillent de près la crue printanière, même si les experts prévoient que les niveaux d'eau des rivières devraient se stabiliser et amorcer leur décrue au cours des prochaines heures.

Les niveaux d'eau ont dépassé le niveau d'inondation mineure au lac des Chats et au lac Deschênes, plus précisément dans le parc Britannia à Ottawa, en face d'Aylmer.

« Pour le tronçon inférieur de la rivière de Gatineau, secteur Hull, jusque dans la région de Montréal, des inondations mineures par endroit dans les basses terres sont possibles », précise la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais sur son site Internet.

En Outaouais, l'entreprise spécialisée Hydro Météo surveille plus particulièrement les rivières de la Petite Nation et du Lièvre, qui ont débordé par endroits au cours des derniers jours et où le niveau d’eau est toujours élevé.

L'équipe d'Hydro Météo estime qu'il n'y aura pas d'autre pluie importante à court terme, ce qui aidera à faire baisser les niveaux des cours d'eau de la région.

De son côté, Urgence Québec signalait, lundi midi, que la rivière des Outaouais provoquait toujours des inondations mineures dans l’ouest de la ville de Gatineau. C’est aussi le cas de la rivière Coulonge, à Mandsfield-et-Pontefract, et de la rivière de la Petite Nation, en amont de Ripon.

Le député de Papineau à l'Assemblée nationale, Alexandre Iracà, se trouvait en bordure de la rivière de la Petite Nation dans la municipalité de Saint-André-Avellin pour informer et rassurer la population.

« On ne revivra pas ce qu’on a vécu l’an passé, faut savoir que la rivière de la Petite Nation chaque année il y a une montée des eaux dans le même secteur ».

M. Iracà ajoute qu’il y a beaucoup de choses qui ont changé depuis la dernière année.

Il y a aussi eu l’embauche d’un directeur régional à temps plein.

« À la suite des inondations [de l’an dernier], lorsque nous avons fait le débriefing de ce qui s’était passé, nous avons constaté que nous avions besoin d’une personne à temps plein à la sécurité civile », précise M. Iracà.

Un printemps pas encore fleuri

La mairesse de la Municipalité de Pontiac, Joanne Labadie, est consciente que les sinistrés des inondations du printemps 2017 sont à bout de souffle.

« Il y a plusieurs citoyens qui sont fragiles puisque leurs dossiers ne sont pas encore réglés, alors ça fait une autre inondation après l’autre, c’est très difficile », dit-elle.

Même situation pour les employés municipaux et ceux du Service d’incendie qui doivent à nouveau composer avec les inondations, ajoute Mme Labadie.

La mairesse a déployé son plan de mesures d’urgence vendredi au terme d’une rencontre avec le comité consultatif de sécurité civile.

Les services d’urgence de la Municipalité offrent des sacs de sable aux résidents qui voudraient construire des digues autour de leur maison.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine