Retour

Inquiétude en Mauricie autour du dossier du bois d'oeuvre

Le Syndicat des producteurs de bois de la Mauricie (SPBM) est inquiet de l'expiration jeudi soir de l'accord de 2006 dans le dossier du bois d'oeuvre entre le Canada et les États-Unis. Des négociations sont en cours entre les deux pays qui tentent de trouver un terrain d'entente sur ce sujet de discorde.

Le bois d'oeuvre représente 1300 emplois en Mauricie pour un chiffre d'affaires annuel de 160 millions de dollars. Au Québec c'est 59 000 emplois.

Le président du SPBM, Léo-Paul Quintal, est inquiet. « Quand on regarde les gens qui se présentent aux États-Unis, leur protectionnisme est fort et même très fort. »

Sans nouvel accord, de nouvelles taxes rétroactives sur les exportations canadiennes de bois d'oeuvre pourraient être imposées à compter du printemps 2017.

À la suite de l'expiration de l'entente précédente, en 1996, le département américain du commerce avait imposé un droit de 32 % sur le bois canadien, qui avait été ensuite réduit à environ 27 %, en 2002. Des milliers d'emplois avaient été perdus.

Au Canada, chaque province a ses règles dans le domaine du bois d'oeuvre, ce qui rend la tâche plus compliquée pour le gouvernement fédéral.

Plus d'articles