Retour

Interdiction de reconstruire en zone inondable : réactions mitigées des municipalités

Les maires de la Mauricie ne voient pas tous d'un bon oeil le décret annoncé jeudi par le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux. Ce décret interdit aux résidents dont la maison a été déclarée perte totale de reconstruire en zone inondable 0 - 20 ans.

Pour le maire de Maskinongé, Roger Michaud, il s'agit d'une réaction alarmiste de la part de Québec.

L'élu aurait préféré que le ministre prenne « un temps de recul », et qu'il « s'assoit avec les municipalités inondées pour trouver une solution ».

Dans les municipalités de Louiseville, Maskinongé et Yamachiche, qui ont été particulièrement touchées par les inondations, aucune maison n'a été déclarée perte totale selon leur maire.

Plusieurs résidences situées dans les secteurs inondables 0-20 ans de ces municipalités sont d'ailleurs surélevées et possèdent un vide sanitaire, ce qui limite les dégâts lors de la crue des eaux.

À Louiseville, en bordure du lac Saint-Pierre, une centaine de maisons ont été touchées par les inondations.

Si à l'avenir ce secteur devait subir des inondations encore plus importantes que celles de ce printemps, le maire Yvon Deshaies estime qu'il serait plus sage de reconstruire les maisons détruites ailleurs.

« Je ne peux pas être en désaccord, indique-t-il. Il ne faut pas oublier que le Québec, donc les citoyens, paie pour tout le monde. »

Dans la province, entre 500 et 800 résidences auraient été déclarées pertes totales, c'est-à-dire ayant subi des dommages s'élevant à plus de 50 % de leur valeur foncière.

Le ministère de la Sécurité publique indique ne pas connaître encore le nombre de résidences déclarées pertes totales en Mauricie et au Centre-du-Québec, plus précisément.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine