Le dossier de Jonathan Bettez est revenu devant le tribunal, lundi et mardi, au Palais de justice de Trois-Rivières.

L'homme qui fait face à plusieurs accusations liées à la pornographie juvénile veut faire invalider les mandats obtenus par les policiers et qui leur ont permis de mener des perquisitions dans son lieu de travail et dans deux résidences de Trois-Rivières.

Cette démarche survient avant la tenue du procès de Jonathan Bettez, qui doit se dérouler à l’automne 2018 ou en hiver 2019.

Si Jonathan Bettez et son avocat, Me Marc-Antoine Carette, réussissent à faire invalider les mandats, la preuve obtenue dans le cadre de ces perquisitions ne pourrait être présentée au procès.

Ils comptent notamment invoquer la Charte canadienne des droits et libertés pour justifier leur demande.

Le juge rejette la requête de contre-interroger l’enquêteuse

Jonathan Bettez souhaitait également contre-interroger l’enquêteuse qui a obtenu les mandats de perquisition, toujours en vertu de la Charte.

Sa requête a toutefois été rejetée, lundi, par le juge Jacques Lacoursière.

Les audiences doivent durer jusqu’à mardi après-midi.

Avec les informations de Sarah Désilets-Rousseau

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité