Jono Lancaster est de passage à Trois-Rivières jeudi et vendredi dans le cadre d'une tournée québécoise où le Britannique donne une série de conférences sur le syndrome de Treacher Collins.

Lui-même atteint du syndrome, il est devenu au fil des ans une véritable vedette en Angleterre. Plus de 66 000 personnes suivent sa page Facebook.

C'est justement via ce site Internet que Marie-Hélène Bélisle de Trois-Rivières a connu monsieur Lancaster. Sa fille Laurie est elle aussi atteinte par le syndrome de Treacher Collins.

Quand madame Bélisle a appris que sa fille avait le syndrome, elle s'est renseignée sur Internet pour en connaître davantage. « Sur Facebook j'ai vu qu'il y avait un groupe mondial de gens comme nous qui échangeaient sur la question, » a dit Marie-Hélène Bélisle alors qu'elle discutait avec Barbara Leroux à l'émission Facteur Matinal.

C'est à ce moment qu'elle a eu l'idée de créer un groupe spécifiquement pour les Québécois. Un groupe restreint qui accueille maintenant une soixantaine de personnes qui partagent leurs expériences de façon privée.

Ce nouveau réseau lui aura permis d'organiser avec les gens de Sante-Justine une tournée à travers le Québec.

À Trois-Rivières, Jono Lancaster rencontrera vendredi les élèves du Collège Marie-de-l'Incarnation (CMI), l'école que fréquente Laurie.

Plus d'articles