Retour

Journée de sensibilisation contre les violences sexuelles envers les personnes avec une déficience intellectuelle

Selon l'Association du Québec pour l'intégration sociale (AQIS), quatre femmes sur cinq ayant une déficience intellectuelle sont victimes au moins une fois de violence ou d'agression sexuelle au cours de leur vie. C'est à Drummondville que l'AQIS a organisé sa journée de sensibilisation.

La directrice générale de l'AQIS, Anik Larose, mère d'une fille trisomique, estime qu'il est temps de démystifier le tabou qui entoure l'éducation sexuelle des personnes avec un handicap mental.

« Nous offrons des ateliers sur le consentement. C'est une question d'autodétermination. Ces personnes sont habituées à suivre des consignes et à se faire diriger la plupart du temps », a-t-elle dit à Barbara Leroux.

« Ces personnes ont une estime d'eux très très basse. Beaucoup ont peu où pas d'éducation sexuelle. »

Les objectifs principaux de la journée de sensibilisation sont d'outiller les familles et les intervenants, de même que les personnes ayant une déficience intellectuelle, à reconnaître les signes d'abus pour pouvoir les dénoncer et ultimement obtenir du soutien.

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, 82 % des victimes d'agression sexuelle au Québec sont des femmes et les deux tiers ont moins de 18 ans.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?