Retour

L’accusé du triple meurtre en Mauricie croulait-il sous les dettes?

C'est toujours l'incompréhension, quelques jours après le triple meurtre du Centre-de-la-Mauricie. Or, des documents judiciaires obtenus par Radio-Canada apportent peut-être un éclairage sur les problèmes financiers que pouvait vivre Sylvain Duquette.

Un texte de Sarah Désilets-Rousseau

L’accusé, qui est âgé 51 ans, fait face à six chefs d’accusation, dont trois de meurtres au premier degré. Dans les jours précédant le drame, il avait fait état de ses problèmes financiers sur Facebook.

Dans une requête déposée en septembre dernier au palais de justice de Shawinigan par la Caisse Desjardins du Haut Shawinigan, on peut apprendre que Sylvain Duquette avait contracté un prêt de plus de 42 000 $ auprès de l’institution financière.

Comme il était en défaut de paiement depuis juin dernier selon la Caisse, cette dernière a déposé en cour la requête pour prise en paiement, dans le but de l’expulser de sa maison puis d’en devenir elle-même propriétaire, pour éventuellement la vendre et rembourser le prêt. La Caisse demande « d’en être déclarée seule et unique propriétaire », peut-on lire dans la requête.

Les procédures intentées par la Caisse du Haut Shawinigan n’ont pas eu à aller plus loin, puisque Duquette a vendu lui-même sa maison fin 2016.

Le nouveau propriétaire, qui a emménagé dans la maison le mois dernier, n’a pas souhaité nous accorder d’entrevue. Toutefois, on a pu apprendre que les policiers sont venus cogner à sa porte tôt le lendemain du drame.

Ex-beau-père consterné

Le père de l’ex-conjointe de Sylvain Duquette, Georges Bergeron, réside toujours dans le jumelé voisin. Quatre jours après les événements, il ne peut toujours pas croire ce qui arrive à son ex-gendre.

« Je le réalise pas encore. Je l’ai vu arriver au palais à la télévision… Non, c’est pas possible! », a indiqué M. Bergeron.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine