Retour

L'architecte Renée Tremblay critique vivement la Commission scolaire de l'Énergie

L'architecte Renée Tremblay de Shawinigan dénonce les critères d'attribution établis par la Commission scolaire de l'Énergie (CSDE) pour un contrat d'agrandissement de l'école Sainte-Marie à Saint-Boniface.

Renée Tremblay estime qu'il était impossible pour une firme d'architecture locale de répondre à un des critères exigés par l'appel d'offres de la CSDE pour décrocher le contrat.

Le critère en question était de présenter dans le dossier de candidature au moins trois projets, d'au moins un million de dollars, réalisés dans le réseau scolaire public au cours des trois dernières années.

Selon l'architecte shawiniganaise, « ce critère excluait automatiquement les firmes régionales à cause de la rareté des projets d'envergure au cours des dernières années et a obligé les firmes régionales d'architecture à s'associer à de plus grandes firmes à l'extérieur de la région » soutient-elle.

D'ailleurs, toutes les firmes d'architecture régionales soumissionnaires pour le contrat d'agrandissement de l'école étaient bel et bien associées à une firme de l'extérieur, ce que la firme de Mme Tremblay « a refusé de faire. »

La CSDE se défend

Sylvie Rainville, directrice générale des ressources matérielles à la commission scolaire, n'est pas d'accord avec Mme Tremblay et affirme qu'il était possible pour des firmes locales de présenter trois projets de plus d'un million de dollars réalisés ces dernières années.

Mme Rainville dit que les firmes d'architecture candidates « pouvaient aussi faire la présentation de projets de référence [...] qui peuvent être similaires ou représentatifs » explique-t-elle. « Si des gens avaient fait un centre de formation pour un collège privé, pour moi, c'est une compétence similaire », cite-t-elle en exemple.

C'est Michel Pellerin Archtitecte, de Trois-Rivières, associé à la firme Barin de Montréal, qui a obtenu le contrat à la fin du mois d'octobre dernier.

Plus d'articles