Retour

L'environnement : en a-t-on pour notre argent?

Trois-Rivières, Saguenay et Sherbrooke prennent certaines actions pour réduire leur empreinte environnementale. Un élément démarque toutefois l'une d'elles : la Ville de Sherbrooke est pour l'instant la seule à avoir mis de l'avant un système de compostage. À certains égards, le choix semble payant. Voici ce qu'en disent les données.

Un texte de Marie-Ève Trudel

Les ordures, la récupération et le compostage

En 2017, le budget lié à la collecte des ordures et à la récupération, incluant l’enfouissement, est de 9,7 M$ à Trois-Rivières et de 10,8 M$ à Saguenay. Ce montant est de 7,1 M$ à Sherbrooke qui prévoit par ailleurs un budget pour les matières compostables.

Le coût de l'enfouissement des déchets est plus élevé à Trois-Rivières que pour les deux autres pôles régionaux.

Si ce tableau ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

Les plus récentes données montrent qu'en 2015, Sherbrooke a recueilli 15 648 tonnes de matières compostables. La ville génère par ailleurs moins de déchets destinés à l'enfouissement que ses deux comparables.

Si ce tableau ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

Combien coûte le compostage? En incluant les frais de transport et de redevances, Sherbrooke débourse 77 $ pour une tonne de compost. En tout, près de 2,3 M$ sont prévus dans le budget de la Ville cette année pour la collecte et le traitement des matières compostables.

D’ici 2020, il sera interdit d’éliminer la matière putrescible au Québec.

La collecte des sapins de Noël

Une fois par année, une collecte spéciale : celle des arbres de Noël.

À Trois-Rivières, les sapins recueillis en bordure des rues prennent directement le chemin du site d'enfouissement et non de la récupération.

Les sapins apportés dans un écocentre du territoire sont récupérés, mais la Régie de gestion de matières résiduelles de la Mauricie, qui ne compile pas de statistiques, estime que la quantité est marginale.

À l’autre bout du spectre, la Ville de Sherbrooke a choisi de valoriser plutôt que d’éliminer. Chaque année, environ 10 000 arbres sont récupérés totalisant environ 100 tonnes de déchets évités, explique la Ville.

La Ville de Saguenay fait savoir que 795 arbres ont été récupérés sur son territoire en 2016, puis traités en valorisation énergétique.

Les écocentres

Tant à Trois-Rivières, qu'à Sherbrooke et à Saguenay, les services offerts dans les écocentres sont gratuits pour la plupart des résidus générés à la maison, mais il y a des exceptions.

Partout, l’issue est actuellement la même pour les meubles rembourrés : ils sont destinés à l’enfouissement.

À Sherbrooke, un projet-pilote est en cours jusqu’à la fin du mois d’octobre pour les matelas, qui sont récupérés chez Matt Canada à Anjou. Le projet sera ensuite réévalué par la Ville pour déterminer s'il y a lieu de poursuivre ou non la filière de récupération.

Pour sa part, la Ville de Saguenay changera de lieu d’enfouissement technique le 1er décembre prochain parce que le LET actuel arrive en fin de vie. Le nouveau site ne permettra plus l’enfouissement de matelas et d’autres encombrants similaires.

À Trois-Rivières, il n'y a pas de filière de récupération prévue pour ce type d'objets, explique la Régie de gestion de matières résiduelles de la Mauricie.

La lutte aux îlots de chaleur

En 2017, la Ville de Trois-Rivières a planté 220 arbres avec une facture de 110 000 $, qui comprend les arbres, la plantation, les engrais, la machinerie et la main-d'oeuvre. Le tout est remis à contrat.

Pour Sherbrooke et Saguenay, le coût de la facture exclut la main-d'oeuvre et la machinerie. Sherbrooke plante entre 500 et 600 arbres par année avec un montant de 60 000 $. Saguenay en plante 700 avec un budget de 200 000 $.

Si ce tableau ne s'affiche pas correctement, cliquez ici

Nouveauté à Trois-Rivières : un projet pilote pour lutter contre les îlots de chaleur sur la rue Saint-Maurice.

Les infrastructures municipales ont été adaptées pour être plus vertes sur un tronçon d’un peu plus d’un kilomètre.

Le projet de 6,4 M$ est financé à plus de 80 % par le Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées du Gouvernement du Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine