Retour

L'équitation thérapeutique arrive à Trois-Rivières

Le Centre équestre Céraville de Trois-Rivières offre désormais des cours d'équitation thérapeutique. Ces séances sont conçues pour les personnes ayant des besoins particuliers, que ce soit un trouble du spectre de l'autisme, un déficit de l'attention, une déficience physique ou intellectuelle.

Selon un reportage de Fanny Samson

Kamille Cardin, 10 ans, souffre d'arthrite systémique chronique juvénile. C'est lorsqu'elle a commencé la maternelle qu'elle a compris qu'elle était différente.

« Souvent c'était plus difficile, surtout en éducation physique parce qu'ils pouvaient faire des choses plus longtemps et je trouvais ça dur de les suivre parce que ça faisait mal », explique-t-elle.

Vers l'âge de cinq ans, ses parents ont décidé de l'inscrire à des cours d'équitation thérapeutique près de chez elle, dans la région de Sorel.

Avantages significatifs

Selon l'Association canadienne d'équitation thérapeutique, ces cours, qui sont adaptés et encadrés, procurent un sentiment d'accomplissement et permettent aussi aux cavaliers d'améliorer leur condition physique.

« Je ne sais pas si c'est le mouvement entre le cheval et le cavalier, mais il se passe quelque chose, constate le père de Kamille, Philippe Cardin. Il y a une amélioration de son dos. À cheval tu te tiens toujours le dos droit. »

Aujourd'hui, Kamille marche plus souvent qu'elle se promène en fauteuil roulant. Ce n'est pas le seul avantage.

« Par exemple, parfois, il y en a qui sont plus capables de courir, moi je suis plus capable de faire du cheval que faire de la course », dit la jeune fille.

Développer la formation

Kamille n'est pas la seule à bénéficier de l'équitation thérapeutique. Le Centre équestre Céraville de Trois-Rivières, qui est sur le point d'être certifié par l'Association canadienne d'équitation thérapeutique, espère maintenant aider des jeunes comme Kamille.

Déjà, des cours sont offerts par des instructrices formées.

Au pays, environ 100 centres offrent des cours d'équitation thérapeutique certifiés par l'Association canadienne d'équitation thérapeutique. Pour la présidente de cette association, Éliane Trempe, « c'est un bon modèle, surtout pour les parents aussi qui sont un peu désespérés à un moment donné ».

Les parents de Kamille sont venus raconter leur histoire à Trois-Rivières, dans l'espoir d'aider d'autres familles.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine