Retour

L'UQTR se porte à la défense du siège social de l'Université du Québec

La direction de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) réitère l'importance de maintenir le siège social du réseau de l'Université du Québec. Elle affirme que son abolition affaiblirait le réseau et engendrerait des coûts importants pour les universités situées en région.

Le quotidien La Presse révélait vendredi que l'hypothèse fait partie de divers scénario qu'évalue le gouvernement Couillard pour réduire ses dépenses en éducation.

Dans un communiqué diffusé vendredi, l'UQTR soutient que la prise en charge des activités présentement assumées par le siège social lui entraînerait de nouveaux coûts qu'elle chiffre à 8 millions de dollars.

Le siège social de l'Université du Québec offre aux établissements de son réseau des services de recherche institutionnelle, des services de bibliothèque, des systèmes informatiques, de télécommunications, des assurances collectives et des services de gestion du régime de retraite.

Le recteur par intérim de l'établissement trifluvien André G. Roy estime que ces services « contribuent non seulement au renforcement du réseau, mais aussi à la compétitivité et au rayonnement du Québec. »

Le réseau de l'Université du Québec a été créé en 1968 et regroupe dix constituantes : les universités de Rimouski, Montréal, Trois-Rivières, Chicoutimi, Gatineau et Rouyn-Noranda de même que l'École nationale d'administration publique (ÉNAP), l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), l'École de technologie supérieure (ÉTS) ainsi que la Télé-université (TÉLUQ).

Au Québec, un diplômé sur trois est formé dans un des dix établissements du réseau de l'Université du Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine