Près de cinquante nouveaux résidents ayant élu domicile dans les premiers quartiers de Trois-Rivières ont eu droit à une belle surprise lors de leur déménagement. Une douzaine de bénévoles, membres de la « brigade du déménagement », se sont chargés de les accueillir.

Un texte de Jérôme Roy

Armées de bouteilles d’eau, de feuillets d’informations et de rabais chez des restaurateurs, quatre équipes de trois bénévoles ont sillonné les rues en ce 1er juillet.

Les intervenants et citoyens membres de la brigade s’assurent que les personnes qui décident de s’établir dans le secteur du centre-ville de Trois-Rivières ou dans celui du bas du Cap-de-la-Madeleine s’y sentent les bienvenus.

« Le fait de venir ici, de rencontrer les gens, de remettre une pochette avec tous les organismes communautaires, ça fait en sorte que leur sentiment d'appartenance, leur qualité de vie, augmente, explique Caroline Guay, coordonnatrice de l'organisme Démarche des premiers quartiers de Trois-Rivières. Ils ne sentent pas qu'ils sont dans une ville impersonnelle. »

Instaurée depuis maintenant sept ans, l’initiative semble atteindre son objectif.

Future étudiante à l’UQTR originaire de la région de Matane, Aude Blais semblait ravie de la visite de la brigade alors qu’elle défaisait ses boîtes.

« D'accueillir les gens comme ça, c'est très sympathique. »

Mère d’un jeune enfant, Nathalie Chrétien a également reçu la visite de la brigade. Elle aussi a été touchée.

« Ça fait chaud au coeur, on l'apprécie beaucoup ici. Merci beaucoup du cadeau, on ne s'attendait pas à ça! »

Parallèlement, les bénévoles y trouvent aussi leur compte, assure Diane Vermette, coordonnatrice au Comité logement Trois-Rivières.

« C'est comme une surprise, une belle surprise. Les gens disent : ''Vous êtes donc ben fins! Pis c'est donc ben l'fun!'' C'est très apprécié. Ça fait que c'est très gratifiant ce travail-là. »

Selon Mme Vermette, la pluie qui est tombée sans relâche n’est peut-être pas le facteur le plus important à considérer en cette journée de déménagement.

La solitude est à son avis la chose la plus difficile à vivre lorsqu’on change de logis. Un autre argument qui vient justifier l’utilité de la brigade du déménagement dans les premiers quartiers de Trois-Rivières.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine