Retour

La certification FSC d'entreprises forestières compromise en Haute-Mauricie

Des entreprises forestières, dont Produits forestiers Résolu et Tembec, pourraient se voir retirer la certification FSC sur leur territoire de coupe en Haute-Mauricie.

Le chef de la communauté atikamekw d'Obedjiwan Christian Awashish a rencontré à la mi-décembre le vérificateur de la norme FSC. Il lui a réitéré que son peuple n'avait pas donné son consentement libre et éclairé pour que des ressources naturelles soit prélevées sur le territoire de 1,6 million d'hectares.

Or, le respect de ces droits autochtones est nécessaire pour que la certification FSC de ces entreprises forestières soit renouvelée.

« La question des droits autochtones, des droits ancestraux, ça interpelle la Première Nation et le gouvernement, dit le chef Christian Awashish. Et tant et aussi longtemps que cette question ne sera pas réglée, les différents exploitants et les utilisateurs du territoire sont comme pris entre les deux. »

Les Atikamekw d'Obedjiwan reconnaissent qu'ils utilisent la certification FSC comme levier dans leurs négociations avec Québec, qui octroie les garanties d'approvisionnement aux entreprises forestières.

Au coeur de ce dossier chaud, la question des redevances et des droits ancestraux des autochtones.

En septembre 2014, la nation atikamekw avait déclaré unilatéralement sa souveraineté sur son territoire en Haute-Mauricie.

D'après les informations de Barbara Leroux et Pierre-André Cloutier

Plus d'articles

Commentaires