Retour

La Commission de l'immigration rejette la demande de Javier Herrera

Le joueur des Aigles de Trois-Rivières, Javier Herrera, originaire du Venezuela, se voit refuser une demande d'asile politique pour lui et sa famille. Le juge de la Commission de l'immigration considère que les Herrera n'ont pas besoin de protection.

Javier Herrera a reçu la réponse mercredi par la poste et se sentirait démoli, selon l'ex-gérant des Aigles, Bob McDuff. Celui qui a orchestré le retour de la famille à Trois-Rivières et qui agit à titre de porte-parole affirme déjà que Javier Herrera fera appel de cette décision. Il a 15 jours pour le faire.

Présentement à l'extérieur du pays, l'ancien directeur des Aigles sera de retour mercredi. Dès son arrivée, il fera appel à un avocat pour gérer le dossier. Bob McDuff a aussi l'intention d'interpeller le député néo-démocrate de Trois-Rivières, Robert Aubin.

« Il a promis pendant la campagne électorale qu'il ferait tout pour que cette famille reste à Trois-Rivières. Là il est élu. On va lui demander de nous aider », a lancé M. McDuff.

Les Aigles soutiennent Herrera

Peu après que la nouvelle fut tombée, l'organisation des Aigles a offert son soutien à la famille Herrera sur les réseaux sociaux.

C'est en octobre dernier que Javier Herrera a quitté son pays avec sa famille. Le joueur de l'équipe des Aigles a affirmé alors qu'il n'en pouvait plus de vivre dans la peur au Venezuela.

Après avoir vécu la frénésie de la dernière saison avec les Aigles, rester à Caracas était impensable. Sa famille menacée, il a choisi de fuir son pays natal et de revenir à Trois-Rivières en demandant l'asile politique au Canada.

La solidarité de la population s'est vite fait sentir. Les dons se sont multipliés à Trois-Rivières pour lui venir en aide.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine