Retour

La direction de l’UQTR maintient le lock-out des professeurs

L'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) persiste et signe; elle maintient le lock-out de ses professeurs.

Le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon, en a fait l’annonce lundi soir, au terme d'une réunion de trois heures réunissant les membres du Syndicat des professeurs de l'UQTR.

Face à l'impasse, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a annoncé qu'elle se rendrait à l'UQTR mardi matin.

« Après de nombreux essais infructueux visant à trouver une issue pour assurer une meilleure sérénité dans les négociations, et ce jusqu'en toute fin d'après-midi aujourd'hui, je me vois donc dans l'obligation d'informer ceux et celles qui ont décrété ce lock-out qu'ils ne peuvent plus compter sur ma confiance », a déclaré la ministre David en fin de journée, sur son compte Twitter.

Cette sortie a lieu après l’ultimatum qu'elle avait lancé, qui exigeait que le lock-out soit levé d'ici 48 heures. Cet échéancier se terminait dimanche après-midi.

Plus tôt lundi, la direction de l’université a fait savoir qu’elle ne comptait pas lever le lock-out.

En point de presse, M. McMahon s’est adressé au gouvernement pour annoncer qu'il poursuivrait dans sa lancée. « Vous m’avez mis en poste pour que je redresse la situation financière de l’université, que je la développe, c’est ce que je suis en train de faire », a-t-il assuré.

Le recteur a montré du doigt la partie syndicale pour l’échec des négociations.

Le syndicat a annoncé qu'il poursuivrait les négociations avec le médiateur, Gilles Lachance, et a demandé à nouveau à la direction de mettre fin « immédiatement et inconditionnellement » au lock-out.

Les professeurs ont pour leur part fait entendre qu'ils étaient « solidaires et unis » derrière leur syndicat et qu'ils poursuivraient la mobilisation.

« Vous voulez que cela se règle en une seule journée? », a lancé Marc Duhamel, professeur à l’UQTR, en s’adressant au recteur.

« Alors prenez vos responsabilités et levez le lock-out. On va retourner négocier comme on l’a toujours fait depuis le début », a-t-il ajouté.

L'annonce de M. McMahon survient quelques heures après que la Coalition avenir Québec (CAQ) eut menacé de déposer un projet de loi spéciale pour mettre fin au lock-out.

L'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a décrété un lock-out pour ses quelque 440 professeurs en vigueur depuis le début du mois.

Plus d'articles