Retour

La Mauricie, l'effervescent laboratoire du hockey québécois

BILLET - Pour quiconque s'intéresse à l'avenir et au développement du hockey québécois, la région de la Mauricie constitue sans doute le plus fascinant des laboratoires.

Un texte de Martin Leclerc

En Mauricie, où le bassin de joueurs est plutôt restreint, on retrouve une structure civile de qualité (les Estacades) chapeautée par Hockey Québec, ainsi que deux écoles privées, le Séminaire Saint-Joseph (SSJ) et le Collège Marie-de-l'Incarnation (CMI), qui ont développé de très bons programmes de hockey à l'extérieur du giron de la fédération.

Au sommet de la structure civile, on retrouve l'entraîneur des Estacades midget AAA, Frédéric Lavoie, un jeune homme brillant et promis à un fort bel avenir dans le monde du hockey.

Le programme du CMI est quant à lui supervisé par Denis Francoeur, un ancien entraîneur de la LHJMQ qui a vigoureusement épousé les méthodes de développement scandinaves et qui produit des résultats franchement étonnants.

Enfin, le programme du Séminaire Saint-Joseph est chapeauté par Danny Dupont, une autre sommité de la région qui a longtemps fait ses classes dans la LHJMQ (et même dans la Ligue junior de l'Ontario), dans la Ligue midget AAA avec les Lions du Lac-Saint-Louis, et qui a déjà été l'entraîneur en chef de l'équipe du Québec.

***

Maintenant, placez-vous un instant dans les patins d'un hockeyeur passionné de 13 à 17 ans? N'avez-vous pas l'impression d'être au nirvana? Ou à Disney?

Au lieu de n'avoir qu'une seule option et d'être à la merci du jugement d'un seul entraîneur comme c'était naguère le cas, vous vous retrouvez avec le plus précieux des atouts pour un jeune athlète : le choix.

Vous avez devant vous trois excellents programmes qui rivalisent d'imagination pour vous offrir le meilleur encadrement possible. Et, en fin de compte, vous êtes totalement libre de choisir l'encadrement scolaire, le programme et l'entraîneur qui vous conviennent le mieux.

Au Québec, pareille situation relevait auparavant de la science-fiction. Au Canada anglais et aux États-Unis, cette liberté de choix fait partie des mœurs depuis toujours.

En Mauricie, comme trois programmes sont en compétition pour attirer et développer les meilleurs talents disponibles, le rapport de force qui existait dans le hockey mineur a été complètement renversé.

Dorénavant, ce sont les athlètes et leurs familles qui ont le contrôle. Le monopole du hockey fédéré a été brisé et les jeunes hockeyeurs « n'appartiennent » plus à la structure civile. Ils ont le choix.

« J'estime que c'est très profitable pour notre région d'avoir trois programmes offrant un encadrement d'élite. Au lieu de maximiser le développement de 17 joueurs par groupe d'âge, nous en développons 53. Ça donne des options aux familles et ce sont les joueurs qui décident de jouer où ils le veulent. Ça commence à ressembler à ce que vivent les joueurs midgets de la région de Toronto », analyse Danny Dupont.

« En plus, nous essayons tous d'en offrir davantage pour attirer les joueurs dans notre programme. C'est juste bénéfique pour tout le monde. Je crois que les gens de notre région reçoivent beaucoup plus qu'ailleurs à cause de la cohabitation de ces trois programmes », ajoute-t-il.

À en juger par ce que j'ai vu mercredi, c'est loin d'être fini.

***

Au moment où Hockey Québec se débat férocement pour contrer l'incroyable vague de popularité des nouveaux programmes de hockey scolaire offerts par des écoles secondaires, voilà que les écoles primaires commencent à entrer dans le portrait.

Mercredi, à Trois-Rivières, le Séminaire Saint-Joseph (membre de la Ligue de hockey préparatoire scolaire) a annoncé un audacieux partenariat avec l'école primaire Val Marie et le Collège Laflèche.

À compter de la prochaine année scolaire, l'école Val Marie, une institution privée, créera un programme préscolaire pour ses élèves de la maternelle! Avec le temps suivra la formation d'équipes M-10 (3e et 4e années) et M-12 (5e et 6e années).

En Mauricie, d'ici peu, il sera donc possible pour un jeune hockeyeur de cheminer au sein d'une même structure scolaire à compter de la maternelle jusqu'à la fin du cégep!

Fondée par des écoles secondaires, la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS) a donné naissance à la Ligue de hockey préparatoire primaire (LHPP) il y a trois ans. De Boisbriand à Rivière-du-Loup, en passant par Drummondville et Trois-Rivières, la LHPP regroupe en ce moment neuf écoles. Mais voilà que cette nouvelle offre semble aussi séduire de plus en plus de gens.

***

C'est Kevin Desrochers, un autre entraîneur renommé de la région et aussi ancien entraîneur adjoint de la LHJMQ, qui sera responsable du programme de hockey de l'école Val Marie. Desrochers est aussi l'entraîneur de l'équipe masculine du Collège Laflèche en plus de collaborer avec le SSJ.

« Notre programme préscolaire s'adressera aux joueurs qui fréquenteraient normalement le niveau MAHG au sein de la structure civile. Notre encadrement et notre programme seront plus poussés et l'accent sera mis sur le développement des habiletés individuelles », explique Kevin Desrochers.

« Les enfants auront deux séances sur glace par semaine (de 7 h 30 à 8 h 50) avant d'aller à l'école. Leur famille pourra ainsi réserver tous leurs week-ends pour d'autres activités. Les hockeyeurs du programme de Val Marie auront aussi accès à tous les autres sports offerts à l'école, comme le basketball ou le football. »

***

Cette semaine, dans une longue série de reportages, le quotidien trifluvien Le Nouvelliste s'interroge sur la direction que le hockey mineur est en train de prendre en Mauricie.

Bien sûr, l'émergence d'un nouvel écosystème et de nouveaux concurrents pour les équipes fédérées ne se fait pas sans heurt. Et on se demande si, en répartissant les meilleurs joueurs de la région dans trois programmes différents, les championnats et les bannières seront moins nombreux.

En fin de compte, il y a trois fois plus de hockeyeurs qui bénéficient d'un encadrement exceptionnel et qui sont sans doute plus heureux parce qu'on leur a permis de choisir l'environnement dans lequel ils pratiquent leur sport préféré.

La Mauricie se situe aux avant-postes de la révolution qui est en train de secouer le hockey québécois. Les enfants de cette région sont véritablement choyés.

À toute épreuve, le blogue de Martin Leclerc.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine