Retour

La mère d'Arielle Pronovost lance un cri du coeur pour retrouver sa fille

La mère d'Arielle Pronovost, cette adolescente de 17 ans en fugue depuis plus d'une semaine, vit des moments d'angoisse insoutenables.

« Ça fait une semaine et c'est comme un peu trop long », dit Marie-Eve Brouillette, la voix nouée par l'émotion. « Je veux juste qu'elle revienne », explique celle qui a multiplié les démarches au cours des derniers jours pour que son message trouve écho.

Le 3 avril dernier, un membre de la famille de l'adolescente est allé la reconduire vers 18 h à l'école Bel-Avenir, sur la rue Jean-Bourdon. Elle est en fugue depuis ce moment.

Sa mère indique qu'elle a déjà fugué par le passé, mais pendant de courtes périodes.

Pour la retrouver, elle lance un cri du coeur. Elle craint surtout que sa fille ne rejoigne un réseau de prostitution.

« J'ai parlé avec plein de monde, explique Marie-Ève Brouillette. Elle ne me donne pas signe de vie. C'est un petit peu... Tu penses que tu as toujours des moyens dans ta vie, mais un moment donné tu te rends compte que tu es à bout », dit-elle exténuée.

Un événement déclencheur?

La mère monoparentale relate un événement qui a pu être déclencheur de la fugue. Il s'agit d'une altercation qui aurait opposé Arielle Pronovost et sa grand-mère paternelle, chez qui l'adolescente vivait depuis quelque temps.

« Après l'altercation, je pense que des gens ont profité de sa bonté, je pense qu'elle n'est pas tombée avec des bonnes personnes, dit la maman. C'est désolant ».

Marie-Ève Brouillette décrit sa fille comme ayant une certaine difficulté avec l'autorité et comme étant très autonome.

« Elle est capable de se débrouiller, de se revirer sur un dix cents, c'est ce qui me fait peur un petit peu ».

Selon sa mère, Arielle Pronovost pourrait être encore à Trois-Rivières ou dans les environs.

Toute personne qui l'aurait aperçu peut communiquer avec la Police de Trois-Rivières au (819) 370-6700.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité