Retour

La météo entraîne une surabondance de maïs et de fraises en Mauricie

Malgré une météo plus fraîche ces derniers jours, la chaleur de juillet est devenue tout un problème à gérer pour les fermes qui cultivent les fraises et le maïs en Mauricie et qui se retrouvent devant une surabondance.

Certains agriculteurs n'arrivent pas à écouler leurs stocks tandis que d'autres n'arrivent tout simplement pas à tout récolter.

Le propriétaire de la Ferme maraîchère Frigon, à Louiseville, Pier-Olivier Frigon, avait prévu le coup pour les fraises, mais pas pour le maïs. Pour les fraises, il avait semé des cultivars hâtifs et tardifs, qu'il n'a donc pas tous eu à récolter en même temps.

Pour ce qui est du maïs, en entrevue à Chez nous le matin, l'agriculteur a expliqué que le temps chaud de juillet est survenu un peu plus tôt qu'à la normale. Pier-Olivier Frigon rapporte que les étals des marchés et supermarchés sont déjà pleins de maïs, puisque les grandes entreprises maraîchères du Québec cherchent à écouler leurs surplus, quitte à le faire à un prix plus bas.

Ces conditions rendent la tâche déjà plus difficile pour les petits producteurs qui, en plus, n'arrivent souvent pas à tout récolter puisque plusieurs de leurs champs sont prêts en même temps. Le propriétaire de la ferme Frigon estime devoir laisser 10 à 15 % de sa production dans le champ, faute de temps pour tout cueillir.

La météo estivale apporte ce genre de casse-tête aux agriculteurs de façon cyclique, rapporte Pier-Olivier Frigon. L'agriculteur croit aussi que le beau temps enregistré lors des vacances de la construction a amené les vacanciers à sortir davantage, ce qui pourrait expliquer les ventes moindres en épiceries et dans les kiosques dans son secteur des environs de Louiseville.

Plus d'articles

Commentaires