Après avoir laissé planer un doute sur sa candidature aux prochaines élections provinciales, la ministre responsable du Tourisme et députée de Laviolette, Julie Boulet, quittera la vie politique à la fin de son mandat.

L'énergie et la motivation de briguer un nouveau mandat aux élections de l'automne n'y sont plus, selon la ministre du Tourisme, qui a confirmé sa décision en conférence de presse en fin de matinée.

Questionnée par les journalistes, Julie Boulet a expliqué que sa santé l'avait obligée dernièrement à se poser certaines questions sur ses capacités à siéger quatre années de plus à l'Assemblée nationale.

« J’ai eu plusieurs semaines de réflexion et j’ai aussi eu quelques petits problèmes de santé qui ne se sont pas avérés très graves, mais qui m’ont obligée à avoir cette réflexion », a-t-elle expliqué aux journalistes.

Mais la décision de Julie Boulet de se retirer de la vie politique surprend quelque peu puisque tout récemment encore elle affirmait vouloir se présenter à nouveau à l'automne 2018 dans la circonscription unifiée de Laviolette-Saint-Maurice.

Pierre Giguère sera candidat

Des sources ont par ailleurs confirmé à Radio-Canada que Pierre Giguère sera le candidat libéral dans Laviolette-Saint-Maurice.

La candidature de Pierre Giguère avait été écartée en début d’année par le premier ministre Philippe Couillard, qui lui avait préféré Mme Boulet pour représenter le nouveau comté fusionné de la Mauricie. Philippe Couillard était même venu dans la nouvelle circonscription, cet hiver, pour confirmer que c'était bel et bien Julie Boulet qui allait y représenter le Parti libéral du Québec.

« La loyauté envers Mme Boulet, qui avait 17 ans d’ancienneté, [s’imposait], a expliqué le premier ministre. [Mais] ayant décidé de se retirer, je vous dirais que la loyauté envers M. Giguère, qui était notre excellent député également dans la région, doit s’imposer. »

Mme Boulet emboîte le pas à David Heurtel, ministre de l'Immigration, qui a aussi annoncé il y a quelques jours qu'il ne sollicitera pas de nouveau mandat. Stéphanie Vallée (Justice), Jean-Marc Fournier (Relations canadiennes et Francophonie canadienne) et Martin Coiteux (Sécurité publique, Affaires municipales et Occupation du territoire) avaient déjà fait de même.

Au moins deux autres ministres, Laurent Lessard (Agriculture, Pêcheries et Alimentation) et Geoffrey Kelley (Affaires autochtones), sont également en réflexion quant à leur avenir politique.

En tout, 14 députés libéraux ont jusqu’ici annoncé qu’ils ne seront pas candidats aux élections du 1er octobre.

Plus d'articles