Retour

La mort de deux Dalmatiens à Saint-Maurice soulève des questions

Deux Dalmatiens sont possiblement morts par empoisonnement à Saint-Maurice. Les propriétaires des chiens soupçonnent un acte de cruauté envers les animaux et entendent porter plainte à la Sûreté du Québec pour faire la lumière sur les circonstances de leurs morts.

Pongo et Skittle, âgés de deux ans, étaient en pleine forme il y a quelques jours, mais pour une raison encore inexpliquée, les deux chiens ont succombé après deux jours d'atroces souffrances.

Tout a commencé jeudi alors que Jonathan Lessard est sorti à l'extérieur avec ses chiens. Il les a quittés des yeux le temps de prendre quelque chose dans son garage.

« Quand je me suis retourné, les chiens étaient sortis du terrain, relate Jonathan Lessard. J'ai fait le tour du quartier pour voir où ils étaient en les appelant pour finalement les trouver au bout du rang », ajoute-t-il.

Quelques heures plus tard, leur état de santé a commencé à se détériorer. Les analyses sanguines ont permis de déceler un problème rénal sévère chez les deux chiens. Les propriétaires ont demandé à ce qu'une autopsie soit faite. Les résultats de la nécropsie seront connus d'ici trois à quatre semaines.

Une hypothèse

La détérioration de l'état des chiens serait due à quelque chose qu'ils auraient bu ou mangé « parce que les reins ne fonctionnent pas du tout », explique le vétérinaire Mohsen Petrous.

Ce vétérinaire affirme qu'à cette période de l'année, alors que plusieurs automobilistes préparent leur voiture pour l'été, il arrive que des chiens s'empoisonnement à l'antigel. Les symptômes s'apparenteraient à ceux observés chez Pongo et Skittle.

Garder un oeil sur ses animaux

Les propriétaires ne croient pas qu'il s'agit d'un accident. Ils soupçonnent un résident de leur secteur d'y être pour quelque chose.

« On a aménagé juste avant l'hiver puis les chiens sortaient vu qu'on n'a pas pu délimiter le périmètre avant l'hiver pour les chiens puis on avait eu des plaintes », relate Jonathan Lessard.

Ils ont d'ailleurs alerté le Groupe Intervention et protection pour les animaux de compagnie du Québec (GIPAC-Q), qui constate que les dénonciations sont assez fréquentes.

« C'est quelque chose qu'on a à toutes les semaines », explique Carole Côté du GIPAC-Q, précisant que les cas de dénonciations touchent plus les chats que les chiens.

Le GIPAC du Québec rappelle toutefois que les propriétaires ont la responsabilité de maintenir leurs animaux en laisse ou dans un endroit clôturé.

D'après les informations d'Amélie Desmarais

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine