Retour

La pluie, véritable bénédiction pour les producteurs maraîchers

Les précipitations des derniers jours sont accueillies avec un grand soulagement par des producteurs maraîchers qui ont souffert de la sécheresse du mois de mai. Plusieurs parlent d'une situation rarissime, parfois même jamais vue.

Un texte de Marie-Ève Trudel

« Ça fait une quarantaine d'années qu'on cultive l'asperge ici et un mois de mai sans pluie, je ne crois pas que ce soit déjà arrivé », dit Martin Pellerin, propriétaire de la Ferme Laviolette à Saint-Étienne-des-Grès.

Le quart de sa production est perdue cette année. C'est 50 000 à 60 000 livres d'asperges de moins qui seront récoltées.

« Le mois de mai a été très pauvre en terme de précipitations », explique le météorologue Steve Boily. Environnement Canada note en effet un important déficit enregistré en mai. La Mauricie a reçu une trentaine de millimètres de pluie, soit le tiers de ce qui est normalement attendu.

Plusieurs producteurs maraîchers ont dû compenser le manque de pluie et le gel au sol par une irrigation artificielle, ce qui est inhabituel aussi tôt dans la saison. C'est le cas à la Ferme La Cueille à Saint-Étienne-des-Grès, qui produit entre autres des fraises, des framboises et du maïs.

« [L'irrigation] ça ne remplace pas la pluie parce que la pluie, ça fait une répartition plus uniforme, plus régulière dans nos champs », explique la propriétaire, Louise Villeneuve.

Pour l'Association des producteurs maraîchers du Québec, l'inquiétude est passée. La sécheresse a nui aux asperges, mais ne devrait pas affecter les récoltes à venir.

Des produits d'ailleurs au Canada

Si les producteurs ont été passablement affectés par l'aridité des sols, l'impact ne s'est pas fait sentir outre mesure chez les distributeurs.

Le marché Deno Fruits à Saint-Étienne-des-Grès a réussi à se tirer d'affaire pour les asperges.

« Au tout début, je vous dirais qu'il y avait quatre cinq jours [de retard], explique une gérante, Vanessa Landry, mais par la suite, on n'a rien ressenti. »

Dans plusieurs cas, les asperges du reste du Canada ont garni les étals.

« L'Ontario a envoyé ses surplus d'asperges aux marchés, ce qui a fait tomber le prix de l'asperge, explique Martin Pellerin. Ça n'a pas aidé du tout ».

Le retour de la pluie est favorable. « Ça va nous aider à finir la récolte sur un bon pied », dit-il.

La saison des asperges devrait se terminer autour du 24 juin.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine