Retour

La prise d'otages à Bamako suscite l'inquiétude chez les Maliens de Trois-Rivières 

L'attentat meurtrier perpétré par un groupe djihadiste africain, Al-Mourabitoune, affilié à Al-Qaïda, dans un hôtel de luxe de Bamako, au Mali, a des échos jusqu'à Trois-Rivières.

La Malienne d'origine Nene Diallo vit à Trois-Rivières depuis 10 ans, mais elle connait bien la zone qui a été ciblée par l'attaque. « Je peux vous garantir que c'est une zone très très protégée », dit-elle. « Voir qu'une zone qui est protégée se fait attaquer comme ça, c'est très inquiétant », ajoute-t-elle.

L'impuissance de Nene Diallo est partagée par Macki Coulibaly, étudiant en administration de l'UQTR arrivé au Québec en septembre. Vendredi matin, il a reçu des messages de son amie qui était confinée dans une école à Bamako en raison de l'attaque à l'hôtel Radisson Blu. Il a aussitôt appelé sa mère et dit n'avoir reçu des informations qu'un peu plus tard.

Macki Coulibaly se dit aussi très touché par la violence qui sévit dans le monde. « Faut rappeler qu'il y a eu des problèmes partout, en France dernièrement, en Syrie, en Libye, au Congo », énumère-t-il. 

Plus d'articles

Commentaires