Retour

La production de lithium à l'ancienne usine Laurentide pourrait créer 120 emplois

La compagnie Nemaska Lithium, qui produit de l'hydroxyde et du carbonate de lithium, s'installera sur le site de l'ancienne papeterie Laurentide, à Shawinigan, et espère créer jusqu'à 120 emplois à terme. En octobre 2014, la fermeture de l'usine Laurentide avait entraîné la perte de centaines d'emplois. 

Nemaska Lithium prendra possession des bâtiments en janvier 2016, mais pourra en utiliser certains dès le mois d'octobre prochain pour la première phase de son usine. Cette première phase devrait créer une vingtaine d'emplois.

À l'origine, l'entreprise prévoyait élire domicile à Salaberry-de-Valleyfield, mais elle s'est finalement tournée vers Shawinigan, entre autres parce que les prévisions pour le temps de construction de l'usine y étaient meilleures.

La distance entre l'usine et la mine qui l'approvisionnera en litihum, qui est située à 300 kilomètres au nord de Chibougameau, est aussi plus petite avec Shawinigan qu'avec Salaberry-de-Valleyfield.

Julie Boulet satisfaite

En entrevue à l'émission Chez nous le matin, la députée de Laviolette, Julie Boulet, s'est réjouie de l'arrivée de cette entreprise sur le site de l'ancienne papetrie Laurentide.

« Pour moi, c'est une grande journée aujourd'hui parce qu'on va reconvertir le site. On va lui permettre de développer d'autres activités industrielles, donc des activités qui vont être porteuses pour l'avenir de la Mauricie », a-t-elle dit.

Selon Julie Boulet, le lithium est un « produit du futur » puisqu'il est une composante des batteries de voitures électriques, notamment. « C'est porteur et pour moi, ce qui est important, c'est que ça va créer de l'emploi. »

PFR a collaboré

La députée de Laviolette accueille la venue de Nemaska Lithium avec un soupir de soulagement, ayant vécu certaines déceptions au fil des ans avec Produits forestiers Résolu (PFR), qui opérait la papeterie Laurentide.

« Vous savez combien j'ai travaillé fort pour maintenir l'usine Laurentide en opération, a-t-elle dit [....] Durant toutes ces années-là, on avait espoir que Résolu investisse, modernise et assure la pérennité des opérations, ce qui n'a pas été le cas malheureusement. »

Julie Boulet a affirmé que de grands efforts avaient été déployés pour convaincre PFR de faciliter la récupération de ses infrastructures. Elle a rappelé que de nombreuses interventations avaient été menées auprès du porte-parole de PFR, Karl Blackburn, qui est aussi un de ses anciens collègues députés du Parti libéral du Québec.

« On lui a fait part à plusieurs reprises que c'était d'une importance stratégique pour la Ville de Shawinigan, pour l'avenir du site également, et que Résolu devait avoir cette conscience sociale-là », a-t-elle expliqué.

Julie Boulet a soutenu que PFR avait joué un rôle important dans la nouvelle d'aujourd'hui, puisque la compagnie aurait pu vendre ses infrastructures au plus offrant. « Ils ont eu cette sensibilité-là. Je les ai souvent critiqués. Aujourd'hui, je tiens à les remercier », a-t-elle dit.

Plus d'articles

Commentaires