Retour

La surface du terrain de soccer de l'UQTR doit être refaite

Le terrain de soccer de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) est en fin de vie utile. Faute de fonds disponibles dans l'immédiat pour rénover le terrain, l'UQTR a fait le choix de transférer les matchs des Patriotes au Séminaire Saint-Joseph pour l'ensemble de la saison.

Un texte d'Alexandre Duval

La surface du terrain de l'UQTR, qui a été construite en 2004, est toujours utilisée pour les entraînements, mais sans plus. En raison de son irrégularité, les risques de blessures sont accrus et la qualité du jeu est amoindrie.

« C'est sûr que le terrain, là-bas, est vraiment plat donc nos crampons ne vont pas rentrer dans le terrain. Il y a plus de risques de blessures. Aussi, le ballon va beaucoup plus rebondir parce que c'est quasiment comme un tapis de maison », illustre la capitaine de l'équipe de soccer féminine de l'Université, Jessica Desjardins.

Des rénovations de 700 000 $

Rénover le terrain de soccer de l'UQTR coûterait au bas mot 700 000 $. Pour réaliser les travaux, les dirigeants de l'établissement espèrent pouvoir compter sur le programme de soutien aux installations sportives du ministère de l'Éducation, mais ils n'ont pas l'assurance que le programme sera reconduit.

« On a vraiment besoin de ce programme d'aide-là, plaide le responsable des relations avec les médias de l'UQTR, Jean-François Hinse. Dans nos budgets d'immobilisation à l'Université, on ne peut pas utiliser les fonds pour des installations sportives comme le terrain. »

Le programme de soutien du ministère peut payer jusqu'à 50 % de la facture des travaux. L'autre moitié doit être assumée par des partenaires de l'Université. Mais pour l'instant, l'UQTR ne sait même pas si l'aide gouvernementale sera au rendez-vous.

L'UQTR dit vouloir interpeler le ministère de l'Éducation prochainement afin de savoir ce qu'il adviendra de ce dossier. Si le programme n'est pas reconduit, l'entente conclue avec le Séminaire Saint-Joseph au coût de 2500 $ pour la saison pourrait être prolongée.

« On veut leur offrir la meilleure surface possible. À court terme, la solution la plus logique, c'était d'aller du côté du Séminaire » affirme Jean-François Hinse.

Avec les informations de Marie-Ève Trudel.

Plus d'articles

Commentaires