Retour

Le compostage compromettra-t-il les emplois à Saint-Étienne-des-Grès?

Le président de la Régie de gestion des matières résiduelles de Mauricie (RGMRM) est sans équivoque : pour conserver les emplois des cols bleus du site d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès, la Régie doit pouvoir accueillir les matières putrescibles de la région.

Un texte de Marie-Claude Julien

Les nouvelles normes imposées par le gouvernement d'ici 2020, accentuent le recours au compostage et aux cueillettes de matières putrescibles au sein des différentes municipalités du territoire, ce qui oblige la RGMRM à s'adapter en conséquence si elle veut conserver les emplois de ses travailleurs.

« On a le personnel, on a l'équipement pour le faire et on va préserver nos emplois parce que les matières putrescibles c'est 40 000 tonnes de moins qui vont rentrer au site. Si on est obligé d'envoyer ça à l'extérieur, c'est 40 000 tonnes de revenus qu'on n'aura pas. Le traitement va se faire ailleurs, donc il y aura besoin de moins d'employés », dit René Goyette, président de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie.

Une nouvelle convention collective

Dans la nouvelle convention collective, signée la semaine dernière, la direction et le syndicat ont donc prévu le coup en ajoutant de nouvelles clauses à la convention collective, concernant la gestion des matières putrescibles.

Stéphane Lemaire, conseiller syndical à la CSN, explique que les travailleurs sont conscients que l'arrivée du compostage comporte son lot de défis et de nouvelles façons de faire.

La nouvelle convention collective devait donc protéger les travailleurs pour s'assurer qu'ils puissent continuer à exercer leurs fonctions.

« Dans les 10 ou 15 prochaines années, ça peut être 50 % de leur travail qui s'en va vers ces nouvelles technologies-là. Il fallait s'en soucier », dit Stéphane Lemaire, conseiller syndical à la CSN.

Bien que la gestion des matières putrescibles ait défrayé la manchette ces derniers mois, notamment à cause de la crainte de subir une fois de plus les mauvaises odeurs générées par le site d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès, René Goyette est convaincu que le site sera en mesure d'accueillir ces nouvelles matières dans les règles de l'art, tout en protégeant les emplois et la qualité de vie des citoyens de la municipalité.

Plus d'articles

Commentaires