Georges Allyson a dit au revoir à ses élèves pour une dernière fois le 15 juin. Après avoir enseigné la musique pendant 35 ans et avoir marqué le parcours scolaire de centaines d'adolescents, il prend une retraite bien méritée. Si son départ laissera un vide dans sa classe de musique, sa passion restera à jamais gravée dans la mémoire de ses élèves.

La classe de musique de Georges Allyson vibre au rythme de succès de la chanson québécoise. Derrière son piano, l’enseignant dirige un petit orchestre d’élèves qui manient la trompette, la guitare ou encore la batterie.

Georges Allyson est l'un des seuls professeurs de l’école secondaire La Découverte de Saint-Léonard-d’Aston qui peut se targuer d'avoir enseigné à ses élèves du début jusqu'à la fin de leur secondaire. Unique enseignant de musique de l’établissement, il développait une relation de confiance avec ses élèves durant leurs cinq années d’études.

« On crée des liens, c’est sûr. Moi je dis que ça prend un enseignant significatif durant ces cinq années pour créer une étincelle », dit-il.

Durant sa carrière, Georges Allyson s’est donné comme mandat d’offrir quelques heures de détente aux élèves pour qui l’adolescence est parfois une période difficile.

Coup de chapeau

Le travail de l’enseignant a été souligné le 29 mai dernier dans le salon bleu de l’Assemblée nationale. Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a salué sa passion pour la musique et l’enseignement ainsi que son implication à l’école La Découverte.

Ses élèves n’avaient aussi que de bons mots pour lui.

« Il nous a toujours aidés à nous dépasser. C’est sûr que je vais me souvenir de lui pour le reste de mes jours », lance quant à lui Sébastien Gamache.

À quelques jours de la fin des classes, Georges Allyson n'est pas amer de tirer sa révérence. Il sait toutefois qu’il sera difficile de dire au revoir à ses élèves. Il espère maintenant pouvoir passer le flambeau à de nouveaux enseignants.

« Ça prend de la relève en enseignement. Il manque de modèles masculins. Venez, vous allez peut-être aimer ça! »

Selon le reportage de Marie-Ève Trudel

Plus d'articles