Retour

Le directeur général de la Cité de l'énergie part à la retraite

Le fondateur de la Cité de l'énergie, Robert Trudel, quitte officiellement ses fonctions de directeur général. Une annonce qui survient près d'un mois après qu'il se soit retiré de façon temporaire à la suite de la diffusion d'un reportage de Radio-Canada dans lequel cinq femmes allèguaient avoir été victimes d'inconduites sexuelles de sa part.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Ce départ à la retraite est effectif dès maintenant d'après ce qu'on peut lire dans le communiqué de la Cité de l'énergie envoyé en fin de journée.

Le conseil d'administration de la Cité de l'énergie dit avoir pris cette décision « en toute sérénité et d'un commun accord [avec] Robert Trudel ».

Est-ce cette décision est liée à la diffusion des allégations d'inconduites sexuelles? Joint au téléphone, Robert Trudel n'a pas voulu répondre à cette question et a refusé de faire tout commentaire.

Par ailleurs, le président du conseil d'administration, Roland Désaulniers, qui assurera l'intérim pour les prochains mois, a accepté, pour la première fois depuis la diffusion du reportage, de nous rencontrer pour répondre à nos questions.

Interrogé sur l'enquête interne annoncée dans le communiqué envoyé aux médias il y a un mois, Roland Desaulniers a confirmé qu'elle est en cours.

Qui succédera à Robert Trudel?

Impossible de savoir pour l'instant qui va remplacer Robert Trudel à la direction de la Cité de l'énergie. Roland Desaulniers mentionne qu'un plan de succesion sera déployé au cours des prochains mois.

Le processus d'embauche d'un nouveau directeur général ou d'une directrice générale devrait se faire à la fin de la saison touristique qui commencera officiellement le 16 juin à la Cité de l'énergie.

Des réactions

Des femmes qui ont témoigné dans le reportage de Radio-Canada de inconduites sexuelles dont elle disent avoir été victimes de la part de Robert Trudel ont des réactions mitigées face à l'annonce de son départ à la retraite.

L'une mentionne que c'était le minimum dans les circonstances et trouve que le conseil d'administration manifeste peu d'empathie face aux personnes concernées.

Pour une autre, plusieurs questions restent sans réponse à la suite de cette annonce et de la diffusion du communiqué.

Chez Tourisme Mauricie, la directrice générale, Geneviève Boivin affirme que le conseil d'administration semble faire ce qu'il doit faire dans les circonstances. Elle ajoute au passage que l'organisation suivra de près la suite des choses, notamment la nomination de celui ou celle qui se retrouvera à la tête de l'attrait touristique.

Invité à réagir, le maire de Shawinigan, Michel Angers, a dit vouloir prendre connaissance du communiqué et consulter son équipe avant de commenter cette annonce.

Au bureau du ministre François-Philippe Champagne, on a mentionné qu'on ne ferait pas de commentaire. La ministre responsable de la région au niveau provincial, Julie Boulet, n'a pas commenté non plus.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Légalisation du cannabis: 6 choses essentielles à savoir