Retour

Le guide alimentaire canadien : il faut s'inspirer des Brésiliens selon un chercheur

Le Guide alimentaire canadien devrait être révisé de toute urgence pour refléter les preuves scientifiques actuelles, a prévenu mardi un rapport d'un comité sénatorial. Mais selon la nutritionniste Chantal Poirier, de Trois-Rivières, le comité sénatorial a tort de s'inquiéter, alors que le guide a été revu en 2011.

« Il y a de petites nuances à apporter à ce document, mais je ne pense pas que de 2011 à aujourd'hui, l'état de la science nous amène à renverser complètement les recommandations qu'on a faites à la population », dit-elle.

Plusieurs personnes consultées par le comité sénatorial ont laissé entendre que le guide alimentaire était, dans le meilleur scénario, simplement inefficace.

L'exemple brésilien

Jean-Claude Moubarac, chercheur en nutrition publique au Département de nutrition de l'Université de Montréal, a participé à l'élaboration du guide alimentaire brésilien alors qu'il effectuait un postdoctorat dans ce pays.

Il affirme que le Brésil a étudié les habitudes alimentaires de sa population pour comprendre qui mangeait le mieux et pourquoi. Selon lui, c'est une façon de s'assurer de faire des recommandations réalistes.

Jean-Claude Moubarac affirme que les Canadiens qui mangent le mieux sont ceux qui cuisinent le plus.

Selon le chercheur, la recommandation principale du guide alimentaire canadien devrait être de favoriser la cuisine à la maison ou de choisir des mets préparés sur place lorsqu'on est à l'extérieur.

Ailleurs dans le monde

Jean-Claude Moubarac affirme que les Suédois ont lancé un guide alimentaire très intéressant. Ils insistent sur l'importance de baser l'alimentation sur les plantes, par souci environnemental. Les Américains ont par ailleurs dévoilé un nouveau guide plutôt décevant, selon le chercheur montréalais.

« Ils ont été timides dans la version finale de leur guide [...] même si le comité qui était responsable avait mis de l'avant une approche novatrice, il y a eu de la censure à la fin », raconte-t-il.

L'Uruguay tente de s'inspirer du modèle brésilien en étudiant sa population pour en faire ressortir les meilleures habitudes.

Moderniser le guide canadien

Le chercheur de l'Université de Montréal croit que le guide alimentaire canadien « ne tient pas compte de la réalité d'aujourd'hui ».

Selon lui, le guide « ne permet pas aux Canadiens de faire des choix qui sont simples et clairs, ça laisse les Canadiens avec beaucoup de questions : qu'est-ce qu'on fait avec tout ce qu'on trouve à l'épicerie et qui ne rentre pas dans ces quatre groupes alimentaires? »

Jean-Claude Moubarac déplore aussi que la saucisse et le poulet se retrouvent dans le même groupe; même chose avec le riz et les céréales sucrées.

Le comité sénatorial a consulté certains de ses travaux de recherche pour la rédaction du rapport sur le guide alimentaire canadien. Il affirme être en contact avec le président de ce comité.

D'après les informations de Marie-Claude Julien

Plus d'articles

Commentaires