Retour

Le hockeyeur Alexis D’Aoust prêt pour les rangs professionnels

Le jeune hockeyeur de la Mauricie entame sa première saison dans les rangs professionnels, avec le club-école des Canucks de Vancouver. Nous l'avons rencontré là où les spectateurs l'ont vu progresser au cours des dernières années.

Un texte d’Olivier Caron

Celui qui a évolué cinq saisons avec les Cataractes de Shawinigan n’a pas mis de temps à remettre les pieds au Centre Gervais-Auto. Alors qu’il ne bénéficiait que de deux jours de congé entre son camp de la Ligue nationale de hockey et celui de la Ligue américaine, l’ancien capitaine des Cats a assisté au duel entre ses anciens coéquipiers et les Tigres de Victoriaville dimanche après-midi.

Son passage aura marqué les partisans de l’équipe. Il était accompagné d’un autre ancien joueur des Cataractes, Jonathan Deschamps. Plusieurs amateurs profitaient de la présence d'Alexis D’Aoust pour le saluer et lui souhaiter bonne chance dans sa carrière professionnelle. Cette carrière de hockeyeur dont il rêvait depuis longtemps est bel et bien commencée.

Les dernières semaines ont été intenses pour lui, mais aussi amusantes. Il en était à son deuxième camp avec les Canucks de Vancouver, ce qui a contribué à diminuer la pression sur ses épaules.« Je savais à quoi m'attendre. J'avais déjà vécu le processus par le passé », dit-il.

L’ailier droit de 1,82 mètre et 90 kilos (6 pieds et 200 lb) se dirige maintenant dans la Ligue américaine de hockey, avec les Comets d’Utica, le club-école des Canucks, qui lui a fait signer un contrat d’un an cet été.

La cour des grands

À 21 ans, Alexis D’Aoust sait qu’il doit faire ses preuves cette saison et démontrer à Jim Benning, directeur général des Canucks, qu’il a sa place à plus long terme avec l’équipe.

« Je veux vraiment forcer la main de l'organisation pour lui prouver que je suis capable de jouer à ce niveau-là, que je peux apporter beaucoup à l'organisation pour qu'elle n'ait pas le choix de me resigner pour d'autres saisons à venir », a-t-il dit.

Mais la Ligue américaine, ce n’est pas la LHJMQ. Le niveau de jeu est plus relevé, les voyages en autobus sont beaucoup plus longs et les joueurs ressentent davantage la pression pour garder leur place au sein de la formation. Malgré tout, le Trifluvien dit qu’il sait à quoi s’attendre.

L’auteur de 241 points en 299 parties à Shawinigan ne compte pas changer sa façon de jouer, qui lui a apporté tant de succès au niveau junior.

Équipe en transition

Depuis cinq ans, les Canucks de Vancouver se redéfinissent. L’équipe est l’une des plus jeunes du circuit Bettman avec une moyenne d’âge de 26,5 ans. Il y a beaucoup de place à Vancouver, surtout à l’aile droite.

Le virage jeunesse entrepris à Vancouver n’est pas étranger à sa décision de signer un contrat dans l’Ouest canadien.

« J'avais d'autres offres, d'autres équipes. Le fait que ce soit une équipe en reconstruction, c'est sûr que ça a penché beaucoup dans la balance. C'est une équipe qui est jeune et qui est à la recherche d'une identité. Ça a beaucoup aidé pour que je signe avec eux », dit-il.

Alexis D’Aoust entreprendra son premier camp de la Ligue américaine de hockey dès mardi. Ceux qui désirent le voir jouer dans son nouvel uniforme n’auront pas besoin d’attendre trop longtemps, puisqu’il sera de passage au Québec quatre fois cette saison.

Sa première visite à Laval se fera le 15 novembre, alors qu’il affrontera le nouveau club-école des Canadiens, le Rocket.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine