Retour

Le litige entre Alain Fournier et l'UQTR en Cour supérieure

Les audiences ont débuté mercredi matin à Trois-Rivières. Le premier témoin était Caroline Gagnon, l’avocate de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) qui a représenté Alain Fournier devant le Tribunal administratif du travail (TAT). Elle a expliqué qu’au terme d’un long processus et de trois séances de conciliation, une entente est survenue entre l’UTQR et son client ce printemps.

Cette entente de principe a été rejetée par le conseil d'administration le 24 mai dernier. Elle prévoyait que l’Université lui verse 300 mille dollars et le réintègre en tant que professionnel en ingénierie. Alain Fournier a été congédié à l’automne 2013.

Dans la requête en homologation déposée par l'avocat d'Alain Fournier en juillet dernier, on apprenait que les membres du conseil d'administration et l'Université avaient fait volte-face après avoir été menacés de poursuite par l'ex-vice-recteur suppléant, Gilles Charland, lui-même accusé de harcèlement à l'endroit d'Alain Fournier dans cette affaire.

Pourquoi sont-ils en conflit ?

Alain Fournier conteste depuis 2013 son congédiement de l'UQTR. Il allègue avoir été remercié après avoir dénoncé des situations contraires à l'éthique. Il a aussi déposé des plaintes contre deux anciens vices-recteurs pour harcèlement psychologique à son endroit.

L'Université reproche notamment à Alain Fournier d'avoir mal planifié ses projets à l'UQTR et d'avoir détourné 2,9 millions de dollars.

La procédure devant la Cour supérieure doit s'échelonner sur 3 jours.

D'après les informations d'Amélie Desmarais

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?