Retour

Le marcheur Marcel Jobin à l'assaut d'un record chez les 75 ans et plus

Alors qu'une étude récente démontre que les jeunes Québécois sont de moins en moins en forme, Marcel Jobin est plus déterminé que jamais à démontrer, même à 75 ans, que l'activité physique est bénéfique pour la santé physique et mentale.

Il en fera une nouvelle démonstration, samedi matin, alors qu'il s'attaquera au record canadien du 5000 m marche dans le cadre des Championnats provinciaux en salle au centre sportif Claude-Robillard, à Montréal.

Depuis qu'il a célébré ses 75 ans début janvier, l'athlète de Saint-Boniface, en Mauricie, a déjà établi trois nouveaux records canadiens dans sa catégorie d'âge, au 1500 m à deux reprises et au 3000 m. Et il n'entend pas s'arrêter là.

« Plusieurs me demandent pourquoi je fais ça, puisque je n'ai plus rien à prouver, a expliqué le sympathique athlète au téléphone plus tôt cette semaine. Mais à mon avis, nous avons toujours quelque chose à prouver. À mon âge, j'ai encore le feu sacré d'améliorer les records. »

S'il croit être capable d'ajouter un quatrième record canadien à son palmarès dans la catégorie des 75 ans et plus samedi, son objectif à long terme est d'en améliorer dix d'ici 2020. « Je suis bien parti et j'espère que ça va continuer », dit-il.

Un « dernier » marathon

Jobin entend aussi s'adonner à la course à pied au cours des prochains mois. Il disputera le demi-marathon d'Ottawa, le 28 mai, et il s'est inscrit au marathon de Montréal, le 24 septembre.

« Comme j'ai 75 ans, je me suis dit que ce serait mon dernier marathon, a annoncé celui dont la dernière compétition de 42 km remonte au marathon de Boston en 2009 (il avait couru en 3 h 58 min). Je me mets un objectif de 5 h. Mais si ça va bien, je me crois capable de faire 4 h 30 min. Mais je ne veux pas me mettre de pression. »

Précurseur de la marche athlétique au Québec à la fin des années 1960, Jobin a pris part aux Jeux olympiques de Montréal en 1976 et de Los Angeles en 1984, où il a terminé respectivement 23e et 21e au 20 km marche.

Si les suspensions pour dopage de plusieurs athlètes ces dernières années ont jeté de l'ombre sur la marche athlétique, Jobin estime qu'un mal encore plus grave mine son sport.

« Ce que je déplore le plus, c'est le style, dit-il. Le règlement précise qu'il faut rester en permanence en contact avec le sol et garder la jambe tendue. Ce que je vois à la télévision, ça n'a pas de bon sens. Ils ne touchent pas à terre du tout. Ce n'est plus de la marche, c'est de la course. C'est ça qui pourrait tuer la marche. »

En ce qui le concerne, son programme est établi pour les trois prochaines années.

Il comprend notamment une participation aux Championnats du monde des maîtres en 2018, à Malaga, en Espagne, aux Championnats du monde en salle des maîtres en 2019, en Pologne, et aux Championnats du monde des maîtres à Toronto, en 2020, son plus grand rendez-vous.

Plus d'articles

Commentaires