Retour

Le myriophylle à épi, le nouvel ennemi des lacs du Québec

Le myriophylle à épi, une plante aquatique envahissante, se propage dans plusieurs lacs du Québec. Le lac à la Tortue, en Mauricie, est aux prises avec cette « plante zombie » depuis 20 ans et tente maintenant de contenir sa propagation.

« Dans les années 1980, il y avait des planches à voile sur le lac à la Tortue », a rappelé à l'émission Chez nous le matin le biologiste Sébastien Duchesne, qui est aussi directeur général de la Société d'aménagement et de mise en valeur du bassin de la Batiscan. « Aujourd'hui, il n'y en a plus : les quilles des planches à voile restent prises dans les plantes aquatiques. »

Sébastien Duchesne qualifie le myriophylle à épi de « plante équipée pour survivre ». Elle se reproduit par bouturage, ce qui signifie qu'elle se répand et se multiplie quand elle est coupée par une hélice de bateau.

« On ne sait pas comment [le myriophylle à épi] est arrivé dans le lac, dit le biologiste, mais plusieurs hypothèses circulent. Ça pourrait être une embarcation mal lavée qui a contaminé le lac, ou encore des gens qui en ont mis dans le lac pensant y régler le problème de phosphore. »

Trop tard pour l'anéantir, mais on peut maîtriser l'ennemi

Le biologiste croit que la plante est maintenant trop répandue dans le lac à la Tortue pour pouvoir être anéantie. « Par contre, on pourrait la contrôler pour permettre le retour de certains usages et éviter qu'elle ne se propage à d'autres cours d'eau. »

La Ville de Shawinigan et la Société d'aménagement et de mise en valeur du bassin de la Batiscan se préparent à installer 30 000 mètres carrés de tapis de jute dans le lac à la Tortue pour essayer de freiner la propagation du myriophylle à épi.

Trois chercheurs de l'UQTR se joindront au projet pilote pour analyser les effets de cette méthode sur l'écosystème.

À la Ville de Shawinigan, on attend de ficeler les derniers détails du projet pour en faire l'annonce officielle dans quelques jours.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »