Retour

Le pensionnat du Collège Marie-de-l'Incarnation ferme ses portes

Une page d'histoire vient d'être tournée au Collège Marie-de-l'Incarnation (CMI), à Trois-Rivières. L'établissement a pris la décision de fermer son pensionnat pour jeunes filles, qui ne sont plus assez nombreuses à y être hébergées. Le premier pensionnat du CMI a été construit en 1836.

« C'est une décision qui a été prise sur plusieurs années, explique le directeur général du CMI, Réjean Lemay. On a vu l'achalandage diminuer. On avait déjà prévenu les parents l'année dernière qu'il était possible qu'on mette un terme à ce service là. »

Lors de la dernière année scolaire, il n'y avait que 11 pensionnaires au CMI. Ce nombre était insuffisant pour assurer la santé financière du service. « Évidemment, il y avait une certaine déception, mais les parents comprenaient que pour être capables d'opérer ce genre de service-là, il fallait avoir une masse critique minimum qui n'était plus présente chez nous », dit Réjean Lemay.

Une nouvelle vocation pour le pensionnat

Le pensionnat ne sera pas désert pour autant. La direction de l'établissement planche actuellement sur un projet qui offrirait de l'hébergement à des groupes de jeunes sportifs en visite dans la région, par exemple.

Des expériences ont été faites l'année dernière dans cette optique, et elles ont été concluantes, selon Réjean Lemay. « Ça va venir améliorer l'offre de la région en termes d'hébergement. »

Ce changement de vocation pour le pensionnat est une bonne nouvelle pour le CMI, selon Réjean Lemay, puisqu'elle permettra de rentabiliser cette infrastructure. Le CMI perdra toutefois quelques élèves qui fréquentaient le pensionnat et qui ont préféré se tourner vers d'autres écoles privées afin d'avoir accès à des services d'hébergement.

La fermeture du pensionnat entraîne aussi la mise à pied de trois employés. « On s'attend à offrir d'autres postes [liés au] service [d'hébergement] qu'on va offrir à la résidence [...] On essaie de donner des opportunités d'emploi à ces gens-là », dit Réjean Lemay.

Plus d'articles

Commentaires