Retour

Le procès de l'ex-directeur du Service des incendies de Warwick se poursuit

Le procès de Bernard Beaudet, l'ancien directeur du Service de protection contre les incendies de la ville de Warwick, s'est ouvert lundi matin au palais de justice de Victoriaville. Il se poursuit ce mardi.

Le quinquagénaire fait face à six chefs d'accusation, dont vol, fraude, abus de confiance et usage de faux documents. Les faits qui lui sont reprochés se seraient déroulés entre 2010 et 2014.

Bernard Beaudet, qui a été à la tête du Service de protection contre les incendies de Warwick pendant plus de 17 ans, a été arrêté par l'UPAC en avril 2014, après que le maire de la ville, Diego Scalzo, ait fait part de ses soupçons aux autorités.

Mardi, la directrice générale de la Municipalité, Lise Lemieux, a été appelée à la barre par la Couronne. Elle a affirmé qu'elle avait toujours eu une bonne relation de travail avec l'ancien directeur.

On a aussi pu apprendre que l'accusé avait suivi une formation en éthique donnée par la Ville en 2012. Selon la directrice générale, ce dernier avait néanmoins « des pratiques de gestion hors norme ». Par exemple, il détruisait les feuilles de temps originales des pompiers dont il avait la responsabilité en plus de tarder à remettre les factures des dépenses qu'il avait engagées ce qui lui a valu plusieurs avertissements.

Ces écarts de conduite ont forcé la Ville à resserrer les règles de fonctionnement a rappelé la gestionnaire. Un témoignage qui a été suivi avec attention par l'accusé.

Le maire et l'ex-maire témoignent

Le maire a été le premier témoin à être entendu lundi au cours de ce procès qui doit durer quatre jours. M. Scalzo a affirmé au tribunal qu'à un certain moment, il a eu peur que le directeur se suicide après qu'il ait appris qu'une enquête policière était en cour à son sujet.

Interrogé par la Couronne, le maire Scalzo a affirmé que Bernard Beaudet « a acheté des pneus pour son véhicule personnel et des tableaux sans autorisation. » Selon le témoin, il aurait également falsifié les feuilles de temps d'un collègue pour rembourser une dette qu'il avait à son endroit.

Bernard Beaudet a écouté le témoignage du maire sans broncher.

En après-midi, l'ancien maire de Warwick, Claude Desrochers, a été appelé à la barre en après-midi. Il a rappelé que jamais l'ex-directeur du service des incendies n'avait eu « l'autorisation d'utiliser la carte de crédit de la Municipalité pour mettre de l'essence dans son véhicule personnel pas plus qu'il n'avait le droit d'utiliser des véhicules de la Ville à des fins personnelles. »

Il a aussi dit qu'il avait rencontré M. Beaubien à de nombreuses reprises au fil des années pour des questions disciplinaires et qu'il « n'avait jamais cru en ses aptitudes de gestionnaire de l'accusé. »

Plus d'articles

Commentaires