Retour

Le projet Sunny Action : un pont entre les générations

Grâce à la cinquième édition du projet Sunny Action, de jeunes bénévoles sont amenés à prendre soin de leurs aînés en les accompagnant dans des activités estivales. Une occasion de créer un pont entre les générations.

Au cours des derniers jours, une fête a eu lieu sur la terrasse du Centre Frederikc-Georges-Heriot. Des jeunes âgés entre 12 et 17 ans se sont arrêtés pour discuter avec certains résidents et pour prêter main-forte à d'autres.

Dans certains cas, le choc des générations provoque des échanges inusités. « On peut parler de leurs boyfriends, de leurs sorties, de leurs tattoos parce qu'ils sont la plupart tatoués, et je n'en reviens pas de voir ces jeunes tout barbouillés! » raconte l'une d'elles.

Avec le projet Sunny Action, de jeunes volontaires sont invités à offrir au moins trois heures de leur temps aux aînés chaque semaine pendant l'été.En plus de briser l'isolement des personnes âgées, ce programme suscite chez les adolescents de nombreuses réflexions. « Ça permet de voir un autre côté aussi du vieillissement. De voir que ce n'est pas tout le temps facile, mais qu'on peut être là pour eux, qu'ils peuvent avoir de l'aide sans nécessairement être récompensés. Je trouve que la récompense qu'on a là-dedans, c'est de se sentir bien et de se dire qu'on a fait la journée de quelqu'un », soutient l'une des participantes.Selon le personnel l'endroit, les bienfaits de la présence des jeunes sont nombreux et se font sentir chez les résidents. « Quand les jeunes arrivent avec leur spontanéité, leurs habitudes, leurs patois et tout, ça leur fait donner un peu plus d'énergie, ça les fait vivre, ça leur fait penser à leurs petits-enfants du même âge. Ça leur permet de vivre un peu à travers eux, donc c'est agréable », croit l'un des employés du Centre Frederick-Georges-Heriot.

Cette année, le projet Sunny Action est déployé dans 15 centres d'hébergement de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Ce sont environ 1700 aînés qui en bénéficient. Il a été mis sur pied par la Fondation Sunny D. Extrême, créée en 2007 par Alain Desbiens, à la suite du décès de son fils.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine