Retour

Le sadomasochiste William Labranche coupable d'agressions sexuelles

Le juge Jaques Trudel a reconnu William Labranche coupable de plusieurs chefs d'accusation, dont agressions sexuelles et voies de fait, vendredi au palais de justice de Trois-Rivières. L'homme avait été arrêté en avril 2015 après avoir violenté une jeune femme et des employés dans un Tim Hortons du secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières.

Le juge a cru la version des victimes et rejeté celle de William Labranche, qu'il a qualifié de « farfelue » et d'« invraisemblable ».

Le jeune homme fasait face à une quarantaine de chefs d'accusations, notamment d'agressions sexuelles d'une rare violence sur deux plaignantes : deux anciennes amies de coeur, l’une avec qui il a eu une relation de deux ans, l’autre durant quelques mois.

D’entrée jeu, le juge Trudel a déclaré que la lecture de sa décision serait longue. Le procès a duré trois semaines au cours desquels les deux victimes ont témoigné, ainsi que l’accusé et sa mère.

Le juge a commencé par expliquer pourquoi il croyait que la première victime a subi des rapports sexuels violents contre son gré.

Il a rappelé les détails, souvent perturbants, des relations que la première victime a eues avec William Labranche.

Le juge croit que la jeune femme était dans un état de détresse, qu'elle était isolée et avait perdu ses repères.

La question du consentement

La juge a déclaré que la soumission n’est pas un consentement.

Il a précisé que, selon lui, la première victime a peut-être consenti aux rapports sexuels, mais pas à la violence.

Le juge Trudel a rappelé qu’il y avait de la consommation de drogue avant les actes.

Il ajoute que William Labranche avait un comportement manipulateur, intrusif et violent.

Admission de voies de fait

William Labranche a été arrêté en avril 2015 après avoir été violent avec une des deux plaignantes dans un Tim Hortons du Cap-de-la-Madeleine.

La scène a été captée par une caméra de surveillance. Les images ont été admises en preuve au cours du procès.

William Labranche a plaidé coupable à des chefs de voies de fait envers la jeune femme et deux employés du restaurant.

Avertissement : cette vidéo contient des gestes de violence

Plus d'articles

Commentaires