Retour

Le siège social de Planète Poutine quitte Trois-Rivières

Le siège social de Planète Poutine quitte Trois-Rivières pour de bon. Contrairement à ce qu'il avait affirmé, le nouveau propriétaire a décidé de déménager à Montréal.

L'entreprise avait pignon sur rue à Trois-Rivières depuis 2012. Elle a été vendue en septembre à l'homme d'affaires Benoît Charron.

Il affirme qu'il était plus simple de s'installer dans la région de Montréal, où il a vendu une dizaine de franchises au cours des derniers mois, pour avoir accès plus facilement à tous les services. Le propriétaire de la chaîne de restaurant soutient aussi que les subventions qu'il s'attendait à recevoir à Trois-Rivières n'ont pas été au rendez-vous.

Emplois trifluviens conservés

Au total, sept personnes oeuvraient au siège social de Trois-Rivières avant la vente de la chaîne fondée par Yves Junior Boissonneault en 2012.

Trois personnes qui y travaillaient toujours après le changement de propriétaire conserveront leur emploi.

Le conseiller municipal du district de Marie-de-l'Incarnation, Jean-François Aubin, est attristé par ce déménagement. « C'est une triste journée », confie le conseiller municipal.

Jean-François Aubin, qui se dit convaincu qu'il est possible de diriger une entreprise à partir de Trois-Rivières, aurait souhaité que le nouveau propriétaire respecte son engagement de rester dans la région.

« C'est ça le signal qu'il ne faut pas envoyer, dit-il. Est-ce qu'il faut à tout prix être à Montréal pour faire un développement qui est plus significatif, moi je pense que non [...], mais il y en a qui sont encore sur cette idée-là et il faut croire que c'est ce que le nouveau propriétaire de Planète Poutine croyait. »

L'ancien propriétaire réagit

Yves Junior Boissonneault affirme que ce déménagement est « malheureux », mais respecte cette décision du nouveau propriétaire.

Il précise toutefois que la localisation du siège social n'a jamais freiné le développement de la chaîne bien au contraire, rappelant que son entreprise comptait 17 franchises avant la vente en septembre dernier dont plusieurs à Montréal et au Nouveau-Brunswick.

« Je n'hésite même pas, lance le fondateur de la chaîne. C'est peut-être plus facile pour lui. Il a son idée, mais moi je l'ai fait quand même trois ans et on a construit quelque chose de très bien. »

Il ajoute que Trois-Rivières est un point central dont il faut être fier et qu'il a été très avantageux pour lui d'y avoir son siège social puisque le coût de la vie y est beaucoup moins élevé.

D'après les informations d'Amélie Desmarais

Plus d'articles

Commentaires