Retour

Les Ateliers Nemesis de Montréal déménagent à Saint-Élie-de-Caxton

Les Ateliers Nemesis, spécialisés dans le jeu de rôle médiéval et fantastique, ont déménagé cette fin de semaine à Saint-Élie-de-Caxton, une décision qui pourrait s'avérer payante pour l'entreprise fondée en 2005.

Un texte de Marie-Ève Trudel

En s'établissant à Saint-Élie-de-Caxton, les Ateliers Nemesis se rapprochent d'un marché qui représente environ 15 % de leur chiffre d'affaires. Il y avait une « convergence d'éléments » qui ont incité les créateurs d'accessoires et de costumes à s'installer en Mauricie souligne la copropriétaire, Véronique Gauthier-Trudel.

Les frais de location sont beaucoup plus abordables en région qu'ils ne le sont dans la métropole, explique la copropriétaire. « La diminution des coûts fixes, c'est vraiment quelque chose d'important pour une entreprise, pour se développer », dit Véronique Gauthier-Trudel.

Le choix est tout à fait compatible avec les exportations à l'étranger, qui sont de plus en plus nombreuses. « On s'est fait connaître et ça permet de vendre un peu partout dans le monde et sur Internet », dit l'entrepreneure.

Autre atout majeur : l'entreprise gagne de l'espace par rapport à son local de la rue Sainte-Catherine à Montréal, passant de 2000 à 3000 pieds carrés de superficie.

Les espaces vides des Bizouneries Caxton, où l'entreprise a élu domicile, ne le resteront pas très longtemps. Les boîtes de carton feront bientôt place aux armures, costumes et décors inspirés de l'univers médiéval.

Les locaux devraient être inaugurés d'ici le mois d'avril. L'entreprise conserve une boutique à Montréal, mais installe l'atelier de production à Saint-Élie-de-Caxton pour un minimum de trois ans.

Un projet de longue haleine

Les propriétaires de l'entreprise montréalaise, qui ont collaboré à maintes reprises avec la Cité de l'énergie, Bryan Perro et le Duché de Bicolline, ont su dès le début qu'ils souhaitaient un jour déménager l'entreprise en région.

Au départ, l'entreprise devait s'installer à Saint-Mathieu du Parc, près du Duché de Bicolline, où des centaines d'amateurs de jeux grandeur nature convergent chaque année. Le projet n'a pas pu se concrétiser pour une question de zonage.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité