Retour

Les audiences du BAPE sur le projet d'oléoduc Énergie Est seront diffusées à Trois-Rivières

Les audiences publiques sur le Projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada - section québécoise seront diffusées dans des salles satellites à Trois-Rivières, Laval et La Pocatière à compter du 7 mars. Les audiences publiques se tiendront à partir d'une salle principale située à Lévis.

C'est la commission d'enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) qui tiendra la première partie de l'audience publique. Au total, 14 séances sont à l'horaire du 7 au 17 mars prochains. La commission pourrait tenir des séances additionnelles au besoin.

À Trois-Rivières, les audiences du BAPE seront disponibles par vidéoconférence au Musée québécois de culture populaire. Les citoyens pourront intervenir directement avec la commission par visioconférence.

La première partie de l'audience publique du BAPE dans le dossier du Projet Oléoduc Énergie-Est se fera en présence du promoteur, de personnes-ressources et d'experts invités dans le but de répondre aux questions des participants et de la commission. Le but de l'exercice est d'obtenir de l'information et des explications sur le projet.

Une tournée des villes en avril, un rapport en novembre

Au cours de la deuxième partie de l'audience publique, qui débutera le lundi 25 avril prochain, la commission recueillera l'opinion et les suggestions du public. La commission se déplacera dans cinq villes du Québec, soit Montréal, Laval, Trois-Rivières, Lévis et La Pocatière. Elle entendra toute personne, tout organisme, tout groupe ou toute municipalité qui désire s'exprimer sur le projet, que ce soit sous forme de mémoire ou de présentation verbale.

Le rapport du BAPE sera remis au mois de novembre au ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques David Heurtel.

Le projet d'oléoduc de 4600 km vise à acheminer quotidiennement 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux albertains jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. L'essentiel de ce pétrole doit être exporté, mais une partie doit permettre d'approvisionner les raffineries de Suncor à Montréal et de Valero à Lévis.

Le coût du projet, dont le tracé définitif demeure à l'étude, est désormais estimé à 15,7 milliards de dollars, selon la dernière version du projet soumise par TransCanada à l'Office national de l'énergie. Le gouvernement doit d'ailleurs redéfinir les normes d'évaluation pour les projets en cours comme Énergie Est.

Plus d'articles