Retour

Les employés des centres jeunesse de la région s'indignent des délais d'attente

Le syndicat des employés des Centres jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec dénonce les délais de traitement des signalements cotés « moins urgents » à la Direction de la Protection de la Jeunesse (DPJ).

Un texte de Marie-Claude Julien

Selon le syndicat, la situation est inquiétante puisque les cas moins urgents qui ne sont pas traités dans les délais, par exemple certains cas de négligence, s'aggravent et les enfants en subissent les conséquences. Le personnel travaille aussi sous pression, craignant de ne pas donner suite assez rapidement à un signalement.

Actuellement, il s'écoule en moyenne près de 27 jours avant qu'un intervenant des centres jeunesse crée un premier contact avec les familles impliquées.

« La moyenne devrait être autour de 8 jours pour être acceptable », explique Manon Hamel, vice-présidente des employés des Centres jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Évaluation des signalements retenus

Le syndicat ajoute que pour se rapprocher des exigences du gouvernement, le personnel à l'interne a revu à la baisse certains critères.

Réaction de la direction de la protection de la jeunesse

Gina Landry, directrice de la protection de la jeunesse en Mauricie et au Centre-du-Québec, affirme qu'aucune diminution des critères de rétention des signalements n'a été imposée. Elle est sensible à ces délais d'attente mais explique qu'un filet de sécurité est mis en place pour veiller sur les enfants et les familles impliqués dans ces dossiers jugés moins urgents.

Elle admet qu'elle préfèrerait voir la région « en première position des palmarès en terme d'absence de délais », mais que le personnel travaille très fort pour offrir les meilleurs services possible.

D'autres compressions à venir

Le Centre intégré de Santé et Services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec doit effectuer des compressions de 34 millions de dollars dans son budget. La part imposée aux centres jeunesse n'est pas encore connue.

Une quinzaine d'intervenants travaillent au Centre jeunesse de Trois-Rivières et, au total une cinquantaine desservent l'ensemble de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine