Retour

Les étudiants en psychologie boycottent stages et internat

Le temps d'attente pour consulter un psychologue dans le réseau public pourrait s'allonger considérablement au cours des prochaines semaines.

Il y aura moins de spécialistes pour répondre à la demande, puisque les étudiants en psychologie de l'ensemble du Québec, dont ceux de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), boycottent leurs stages et leur internat.

Ils souhaitent être rémunérés pour leur internat, qui dure une année complète, c'est à dire 1600 heures au total, comme le sont les futurs médecins en résidence. Les étudiants expliquent qu'ils assument 80% de la tâche d'un psychologue lorsqu'ils sont en stage ou en internat.

Mais le combat qu'ils mènent aura un dommage collatéral important : la hausse du temps d'attente pour obtenir un rendez-vous avec un psychologue ou un neuropsychologue. Ils estiment que le refus de 700 à 750 étudiants de faire leur stage et leur internat l'an prochain privera 12 000 patients d'un suivi psychologique.

À l'UQTR, le directeur du département de psychologie a confirmé qu'une résolution sera adoptée pour appuyer les étudiants dans leur demande d'être payés, mais il explique qu'ils ne peut cautionner le boycottage des stages et des internats.

Avec les informations de Marie-Claude Julien

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine