Retour

Les fugues : des cas isolés en Mauricie et au Centre-du-Québec

Le Centre jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec confirme que les fugues font partie de sa réalité, mais qu'elles demeurent des cas isolés dans la région contrairement à Laval où les fugueuses se multiplient.

L'an dernier, 55 fugues ont été rapportées dont 38 ont été faites par des garçons et 17 par des filles dans les 3 établissements de la région dont 2 sont situés à Trois-Rivières et un à Drummondville.

Le directeur Robert Levasseur reconnaît que la région n'est pas à l'abri des réseaux organisés qui recrutent les jeunes filles pour les entraîner dans la prostitution, mais ne constate pas d'augmentation du nombre de fugues dans les établissements de la Mauricie et du Centre-du-Québec

« On n'est pas à l'abri de ça, dit-il. Cependant les jeunes sont ouverts à parler de cette situation et à la dénoncer. Les jeunes filles et les jeunes garçons savent les impacts sur eux, et ils veulent s'assurer que d'autres ne vivront pas ça, donc ils vont dénoncer s'ils sentent qu'il y a émergence d'une situation comme ça. »

Les intervenants ont d'ailleurs profité du fait que le sujet fasse la manchette pour faire de la sensibilisation et discuter de relations amoureuses saines avec les résidentes.

Sidaction Mauricie donne aussi des ateliers de sensibilisation dans les centres jeunesse depuis un an. L'organisme croit qu'il s'agit de la meilleure façon d'aider les jeunes filles et de leur donner confiance en elle.

D'après les informations de Claudie Simard

Plus d'articles