Retour

Les funérailles de Sylvie Roy auront lieu lundi à Trois-Rivières

Le service funèbre de la députée indépendante Sylvie Roy aura lieu à la cathédrale de Trois-Rivières, lundi, à 16 h. Dimanche après-midi, dimanche soir et lundi après-midi, les citoyens pourront lui rendre hommage au salon funéraire Rousseau, sur le boulevard des Forges, à Trois-Rivières.

Ses proches demandent que les marques de sympathie soient témoignées par un don à la Maison Carpe Diem, qui accueille des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

Mme Roy. députée d'Arthabaska et native de La Tuque, est morte dimanche, à l'âge de 51 ans. Elle a été emportée par une hépatite aiguë.

Les hommages sont nombreux

Ses anciens collègues de la Mauricie et du Centre-du-Québec se souviennent d'elle comme d'une femme persévérante, proche des gens.

Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a eu comme tâche d'avertir des députés de la CAQ de la mort de Sylvie Roy dimanche. Il raconte que, comme beaucoup de collègues, il avait tissé des liens avec elle et sa famille au fil des ans.

Donald Martel se souvient d'une politicienne qui ramenait les discussions au niveau des préoccupations réelles des citoyens. « Quand on était en caucus, [...] Sylvie disait toujours : "la madame qui brasse la soupe, ce n'est pas comme ça qu'elle voit cela". Elle nous ramenait beaucoup sur le terrain », affirme-t-il.

Une femme tenace et accessible

Sébastien Schneeberger, député caquiste de Drummond-Bois-Francs, souligne la grande ténacité de sa collègue. Mme Roy avait été la première à demander la tenue d'une commission d'enquête publique sur l'industrie de la construction, a d'ailleurs rappelé son ancien chef François Legault.

Même si Sylvie Roy avait quitté le caucus caquiste il y a un an, le député de Drummond-Bois-Francs avait gardé de bons rapports avec elle.

Drapeaux en berne à Victoriaville

À Victoriaville, les drapeaux ont été mis en berne. Le maire de la Ville, André Bellavance, a côtoyé Sylvie Roy alors qu'il était député fédéral dans Richmond-Arthabaska. L'ancien bloquiste affirme que la nouvelle de sa mort l'a beaucoup surpris et attristé.

« Quand elle prenait un dossier, elle n'hésitait pas à mettre le poing sur la table quand c'était le temps », dit-il. Il se souvient notamment de son implication dans la lutte pour éviter la démolition de l'hôpital Saint-Julien, à Saint-Ferdinand.

Sur la page Facebook de Sylvie Roy, l'ancien ministre et député fédéral de Mégantic-L'Érable Christian Paradis a écrit : « Nous partagions la même circonscription il y a quelques années, en tant que députés, et c'était toujours agréable de côtoyer Sylvie. Triste nouvelle ».

Le milieu juridique en Mauricie rend hommage à Sylvie Roy

Sylvie Roy était avocate de formation. Elle a notamment été avocate pour la Ville de La Tuque.

« On pense à ses enfants, à sa mère », explique Nicole Bergeron, une ancienne associée du cabinet de Sylvie Roy à Trois-Rivières.

D'autres avocats rencontrés à Trois-Rivières ont souligné sa polyvalence. Mme Roy a pratiqué le droit familial, de la jeunesse et criminel. Elle a été avocate dans d'importants procès, certains impliquant des membres des Hells Angels.

Ses anciens collègues du milieu juridique se souviennent de sa fougue, de sa persévérance à fouiller les dossiers et à déterrer les scandales.

Plus d'articles

Commentaires