Des dizaines d'infirmières du Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de Trois-Rivières sont descendues dans la rue, jeudi midi, pour dénoncer les demandes du CIUSSS MCQ pour leur première convention collective depuis la réforme Barrette.

Elles rejettent la demande du Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) qui leur impose d'être disponibles pour travailler dans un rayon de 50 kilomètres de leur domicile.

À titre d'exemple, une infirmière de Trois-Rivières pourrait être appelée à travailler à Shawinigan, Louiseville ou encore Nicolet.

Les infirmières syndiquées qui ont manifesté jeudi jugent cette demande inacceptable.

« Mes enfants arrivent au CPE et au service de garde de l’école dès l’ouverture, a relaté l’une d’elles. Si en plus je dois faire 30 minutes de route supplémentaire, je vais être dans le trouble. »

« On ne sera pas capables de finir nos carrières dans cette situation-là, a renchéri l’une de ses collègues. (La direction va) devoir trouver quelque chose, parce qu’on doit rester en santé mentalement et physiquement. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards