Retour

Les ITSS en hausse en Mauricie, surtout à Trois-Rivières

Des données récentes de l'Institut national de santé publique du Québec révèlent que les infections transmissibles sexuellement par le sang (ITSS) sont en hausse en Mauricie, surtout à Trois-Rivières.

La Mauricie présente un des taux d'incidence les plus élevés de la province. Elle arrive au 5e rang des régions du Québec avec 325 cas de chlamydia pour 100 000 habitants. Les statistiques de Trois-Rivières sont encore plus préoccupantes : en 2012 on avait 284 cas par tranche de 100 000 habitants, alors qu'en 2015, ce nombre est passé à 505 cas.

Pour ce qui est de la gonorrhée, le nombre de cas a plus que doublé en 2014, mais le nombre de cas de syphilis et d'hépatite B est stable.

La sexologue et psychothérapeute Isabelle Borduas est préoccupée par la situation, mais pas surprise. « Ça fait des années que la Mauricie est parmi les régions les plus touchées », rappelle-t-elle. » Elle constate que la pensée magique, qui fait croire que les ITSS n'arrivent qu'aux autres, est encore très présente.

Isabelle Borduas croit que ces récentes statistiques s'expliquent entre autres par le manque d'éducation sexuelle dans la plupart des écoles. Selon elle, la hausse des cas pourrait cependant aussi s'expliquer par une hausse du nombre de dépistages.

Plus d'articles