Retour

Les mea-culpa de Philippe Couillard en Mauricie et au Centre-du-Québec

Au micro de Facteur matinal et deux jours après la défaite de son parti à l'élection partielle dans la circonscription d'Arthabaska, Philippe Couillard, le premier ministre du Québec, a reconnu plusieurs erreurs de communication de la part de son gouvernement.

Déneigement de la route 155

Questionné par Barbara Leroux sur le volte-face du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports sur la diminution du niveau de déneigement de la route 155 entre La Tuque et Roberval, Philippe Couillard dit avoir « interpellé » son ministre Laurent Lessard.

« Il est intervenu et a non seulement suspendu la décision, mais a dit au ministère des Transports de l’aviser si d'autres changements au niveau du service sont envisagés », a affirmé M.Couillard.

« Lorsque j'ai appris la décision du MTQ, je me suis dit que peut-être c’est une décision qui se tient, mais cette façon-là d’annoncer les choses et puis de présenter ça aux gens des régions comme un fait accompli, et bien moi, je n’aime pas ça. »

Défaite à l’élection partielle d’Arthabaska

Malgré la défaite de son candidat Luc Dastous dans la circonscription d'Arthabaska, Philippe Couillard a confirmé que l’agrandissement de l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska à Victoriaville est toujours d’actualité.

« La réponse est bien sûr. L’agrandissement va suivre son cours. On est très déçu mais on va aller de l’avant avec ce qu’on a dit qu’on allait faire au Québec. »

Phillipe Couillard a aussi parlé du recul des libéraux dans les circonscriptions des élections partielles. Le premier ministre reconnaît que son gouvernement et son parti, le Parti libéral du Québec, n’ont pas été à l’écoute de la population.

« Il y a une sorte d’éloignement entre les préoccupations des citoyens et ce que font les gouvernements. Il faut faire ça beaucoup mieux. Il faut dire au citoyen dans le creux de la main ce que veulent dire concrètement les annonces qu’on fait. Je pense qu’il faut le faire beaucoup mieux. Je pense qu’il faut reconnaître que l'on a pas bien fait ça. »

Site contaminé de Bécancour

À propos du site contaminé de Bécancour ou près de 200 000 tonnes de matières toxiques ont fui dans le sol et la nappe phréatique, le premier ministre a reconnu que son gouvernement n’a pas agi assez vite.

« C’est une longue saga. Ça a été trop long ce dossier-là, je suis d’accord. La bonne nouvelle est que le dossier a été ramené au ministère et a été retiré de la direction régionale parce que clairement les choses ne bougeaient pas », a conclu Philippe Couillard, tout em promettant des annonces rapides en lien à ce dossier.

Plus d'articles

Commentaires