Retour

Les poètes abordent la liberté d'expression et l'état de la poésie dans le monde

Une activité d'échanges et de lectures a eu lieu dimanche à la Maison de la culture, en présence de poètes venus des quatre coins du monde pour le 31e Festival international de la poésie de Trois-Rivières, qui se déroule jusqu'au 11 octobre. Si l'activité qui aborde sans détour la liberté d'expression a lieu tous les ans, elle a gagné en visibilité cette année.

Outre des poètes canadiens, des poètes de la Suède, de la Russie, du Sénégal, de la Mauritanie, de l'Australie et de la Belgique ont notamment abordé la question de l'emprisonnement lors d'une discussion animée par le président de l'événement, Gaston Bellemare. 

L'activité a pour but de conscientiser les gens à la réalité des poètes et des écrivains.

Le président remarque d'ailleurs que de plus en plus de gens sont venus écouter et participer à la réflexion cette année.

Partout dans le monde, Internet offre une vitrine aux poètes, mais rarement un revenu. 

La poésie est un puissant outil de paix selon l'auteure Nathalie Fave, poète du Sénégal, dont l'un des ouvrages porte sur la crise des migrants.

Une programmation diversifiée

L'événement présente cette année 350 activités dans plus de 40 lieux. Parmi les activités fétiches qui ont lieu chaque année, les poètes amateurs sont invités à accrocher leurs poèmes sur une « corde à poèmes » au Parc Champlain.

Le Festival international de la poésie rend hommage à la romancière et poétesse Anne Hébert cette année. La place d'Armes du Vieux Trois-Rivières a d'ailleurs été rebaptisée en son nom pour la durée du festival.

Plus d'articles

Commentaires